La NERTHE et MONT-REDON, 2 CHÂTEAUNEUF-DU-PAPE MYTHIQUES

 

La NERTHE et MONT-REDON

 

 

0 - 0 - 5 - Château la Nerthe 600 x 400.jpg
Le Château de la Nerthe à Châteauneuf-du-Pape…

 

En ce mois de décembre 2023 les « Séniors dans le vent » ont eu le plaisir de visiter de façon confidentielle deux domaines emblématiques de l’Appellation « Châteauneuf-du-Pape » …

 

Soit, le plus ancien, le Château de la NERTHE, et le plus étendu en surface de vignoble, le Château MONT-REDON (+ de 110 hectares dont 92 d’un seul tenant) …

 

0 - 2 - Chateau MONTREDON 650 x 400.JPG

Le Château Mont-Redon à Châteauneuf-du-Pape

 

Tous les deux bénéficient des trois facteurs caractéristiques de l'appellation Châteauneuf-du-Pape. Ils ont en effet le privilège de disposer des trois terroirs emblématiques de l’appellation, à savoir, les galets roulés du plateau, les calcaires urgoniens et les safres (sables argilo-calcaires).

 

Alliés au vent (2ème facteur) qui souffle 150 jours par an pour sécher les moisissures toujours possibles avant qu’elles n’apparaissent, ainsi qu’à l’ensoleillement exceptionnel de 2800 heures par an (3ème facteur), ces trois terroirs très complémentaires sont à l’origine de la complexité et de la qualité des vins de l’Appellation du grand cru des Côtes du Rhône qu'est devenu le « Châteauneuf-du-Pape » …

 

0 - 3 - Les Terroirs.JPG

                       Galets roulés,                Calcaires Urgoniens,                     Safres 

 

Même en tenant compte du réchauffement climatique, les Américains de Californie ou d’ailleurs, les Australiens ou tous les nouveaux vignerons qui plantent de la vigne, plein d’espérance, en Grande Bretagne, en Belgique ou où que ce soit à travers le vaste monde auront beau faire, ils n’arriveront jamais à reproduire ce vin.

 

Mais il est un 4ème facteur qui le rend unique… C’est le travail et l’expertise des hommes qui se penchent depuis des siècles sur ce sublime breuvage et par-dessus tout, c’est bien à eux que nous sommes venus rendre hommage en essayant de comprendre leur passion !

 

L’appellation « Châteauneuf-du-Pape » avec ces 4 facteurs est exceptionnelle, car en plus, elle ne fait pas partie du syndicat des producteurs des AOC Côtes-du-Rhône !

 

Dès l’origine du classement des appellations, les vignerons de Châteauneuf se sont rassemblés en un syndicat qui leur est propre !  

 

Il représente au total 3132 hectares de production, répartis entre 330 vignerons producteurs, et les vignes peuvent être présentes sur 5 communes dont : CHÂTEAUNEUF-DU-PAPE, ORANGE, COURTHÉZON, BÉDARRIDES et SORGUES.

 

0 - 0  - 0 - Bourgeon la Nerthe 650 x 400.jpg

Le Châteauneuf en devenir !

 

Les vins de Châteauneuf-du-Pape peuvent provenir de 13 cépages différents. À l’origine, les vignes étaient complantées en « full », c’est-à-dire mélangées les unes aux autres sur les parcelles, le vigneron récoltant et vinifiant toutes les grappes en même temps.

 

De nos jours, pour la plupart, ils sont plantés et souvent vinifiés séparément, cépage par cépage. Les vins rouges représentent 94 % de la production et les vins blancs 6 %.

 

Le Grenache, qu’il soit noir, gris ou blanc, est devenu « le » cépage majoritaire dans la plupart des vins élaborés qui fait la richesse et le volume (70% de l’encépagement : dans la réalité, même s’il y a des cuvées « grenache » quasi aucune ne l’est à 100% à cause de la complantation), bien que certains n’en comportent pas.

 

Mais voici tout de même la liste des 13 cépages autorisés par l’appellation « AOC Châteauneuf-du-Pape » (en fait, il y a bien 13 variétés mais pour 18 cépages) :

 

8 pour le rouge : grenache (noir ou gris), syrah, mourvèdre, cinsault, counoise, muscardin, terret noir, et vaccarèse (cépage très rare… ce dernier ne représente que 10 h de vignoble sur tout le territoire viticole Français !).

 

5 pour le blanc : grenache (blanc), roussanne, clairette (blanche ou rose), bourboulenc, picpoul (blanc, noir et gris), et picardan.

 

1 - 4 - Cépages de Châteauneuf.JPG
 

Autre fait historique, il s’agit de « la bouteille armoriée à la tiare papale », emblème des vins de Châteauneuf-du-Pape, créé en 1937 par le Baron Le ROY (cf. son histoire plus avant), car les vignerons désiraient une bouteille à la mesure de la qualité de leurs vins.

 

Elle a quelque peu été modernisée en 2004 par l’adoption de la mitre en lieu et place de la Tiare…

 

1 - 6 - Bouteille armoriée de Châteauneuf.JPG             1 - 5 - Bouteille armoriée de Châteauneuf.JPG
À gauche la bouteille armoriée de 1937, à droite, celle de 2004 plus moderne

 

C’est pourquoi le syndicat a créé cette bouteille ; l’écusson symbolise une tiare papale, entouré de l’inscription « Châteauneuf-du-Pape appellation contrôlée », qui, elle, est écrite en lettres gothiques ; dans la version moderne on a supprimé la mention « appellation contrôlée » pour ne conserver que « contrôlé » …

 

1 - 7 - Bouteille armoriée de Châteauneuf.JPG             1 - 8 - Bouteille armoriée de Châteauneuf.JPG
Pour la fête des vignerons à la Saint-Marc : à gauche le sigle armorié de 1937,

À droite, celle de 2004 plus moderne...

 

Hormis les châteaux de la NERTHE, et de MONT-REDON, vous allez vous apercevoir qu’un grand nombre des grands noms de l’appellation sont aussi de très anciennes exploitations, dont les plus proches voisins du Château la NERTHE, que sont :

 

- Le château des FINES ROCHES (130 hectares) Une façade néo-médiévale de pierres de façade destinées à masquer la cave du domaine jugée inesthétique par son fondateur, Auguste CONSTANTIN, qui fit construire le château à la fin du XIXème siècle en s'inspirant des remparts d'Avignon, repris par son gendre le marquis FOLCO de BARONCELLI, descendant d'une grande famille florentine, puis repris enfin par Louis MOUSSET, leur nouveau directeur, qui en fera le domaine familial, divisé entre ses trois enfants.
 
- Le château FORTIA (32 hectares) connu pour avoir été dirigé par le célèbre Baron Le ROY de BOISEAUMARIÉ, le Créateur de l’AOC en 1923, puis de l’INAO en 1935.

 

En effet, jugeant la loi de 1919 sur les appellations d’origine trop générale - elle délimite uniquement les aires d’appellation – les vignerons de Châteauneuf avaient décidé qu’il était grand temps de mettre en place une réglementation plus stricte destinée à protéger leurs vins. Aussi, en 1923 ils se rendent en délégation au Château FORTIA, propriété du Baron Le ROY, vigneron mais surtout juriste de formation, pour les aider dans cette tâche qui leur répondit : « Je veux bien, mais à une condition, c’est que vous-mêmes donniez l’exemple de l’honnêteté et de la discipline. »


Le 4 octobre 1923 a lieu l’assemblée générale constitutive du « syndicat des propriétaires viticulteurs de Châteauneuf-du-Pape », dont la présidence lui est confiée et sous sa houlette, les vignerons s’imposent des « Règles de production » totalement inédites. Leur exemple sera suivi par toutes les autres régions viticoles françaises. Le 15 mai 1936, le décret de l'appellation est publié et Châteauneuf-du-Pape devient la 1ère AOC viticole de France.

 

  1 - 3 - Fines roches.JPG   1 - 9 - Chateau Fortia.JPG
Les domaines voisins de la NERTHE : Château des FINES ROCHES et Château FORTIA

 

- Le Domaine de la SOLITUDE (37 hectares) : Matteo BARBERINI, élu pape à Rome en 1623 sous le nom d’URBAIN VIII nomme ses proches aux plus hautes fonctions de la curie leur permettant de faire fortune. A sa mort, les jalousies poussent les BARBERINI à l’exode en France. Hélène BARBERINI épouse un certain Claude MARTIN issu d’une famille de propriétaires de vignoble… Au XVIIIème, leur descendant, en avance sur son temps, exporte son vin en Angleterre, mais, mort jeune, la propriété est curieusement transmise ensuite par les filles. Huit générations plus tard, depuis 1999, un des héritiers, Florent LANÇON a repris les rênes du domaine.
 
- Le Domaine de NALYS (70 hectares) qui tire son nom de Jacques NALIS, fermier général de l’Archevêché d’Avignon en 1633. La famille NALIS conserve le domaine jusqu’à la Révolution ; puis le domaine est vendu à une famille de Châteauneuf-du-Pape qui l’exploitera pendant sept générations. L’un de ses derniers membres et le plus connu fut le Docteur en médecine Philippe DUFAYS qui arriva dans la région pendant la seconde guerre mondiale et épousa l’héritière du domaine.

 

Passionné, le « Docteur » consacra tout son savoir et son patrimoine à cette propriété pendant près de vingt ans, et va la développer, doubler sa surface et étendre sa commercialisation dans de nombreux pays étrangers. Las, en 1975, à la suite de la mort accidentelle de son fils, le Docteur DUFAYS décide de se séparer de NALYS qui est alors cédé aux assurances Groupama qui le gère pendant 40 ans.

 

En 2017, la Famille de négociants GUIGAL, bien connue à AMPUIS dans les Côtes-du-Rhône septentrionales, charmée par le caractère exceptionnel de ses terroirs et de son prestigieux passé fait l’acquisition du Château de NALYS.

 

1 - 10 - Domaine de la Solitude.JPG   1 - 11 - Domaine de NALYS.jpeg

Domaine de la SOLITUDE et Domaine de NALYS

 

Ces 4 domaines sont dans la même vallée, orientée nord-sud, qui traverse le « Domaine de la SOLITUDE », sur un terroir composé d'un substrat de sable et d'argile, mais avec une couverture moindre de galets ronds que le tout proche « Château FORTIA » et le « Domaine NALYS ».

 

Nous allons donc nous contenter ci-dessous d’étudier de plus près les deux domaines emblématiques de l’appellation qui ont participé au tout début de l’aventure du vignoble bien avant que le Pape Jean XXII qui avait été évêque d’Avignon ne s’y intéresse l’année suivant son élection en se faisant construire une petite résidence secondaire dès 1317 à partir d’une vieille tour.

 

Il l’avait en effet fait bâtir à partir d’un castrum qui datait de l’époque Romaine, et qui avait été remplacé par une nouvelle construction par le fumeux Comte de Toulouse, suzerain du comté de Provence en 1146 (identifié dans un acte de 1283 comme « la vieille tour ») qui échut à l’évêque d'Avignon, et à ses successeurs par une charte datée de 1157 dans laquelle l'empereur Frédéric Barberousse indiquait déjà la présence de vignes !

 

 0 - 0 - 16 - Château de Châteauneuf 350 x 262.jpg   0 - 0 - 14 - Château de Châteauneuf 350 x 400.jpg
Le Château du Pape Jean XXII dans son état actuel

 

PETIT HISTORIQUE DU CHÂTEAU DE LA NERTHE

 

Ce sont Antoine OLIVIN, le sommelier du domaine et Laure ROSATTI, sa responsable commerciale (qui se trouve être la petite sœur de notre « Sénior dans le Vent » Vincent DAVID) qui nous accueillent sur le seuil du Château.

 

 

3 - 3 - Mr OLIVIN 262 x 350.JPG   3 - 4 - LAURE 2 262 x 350.jpg

Antoine OLIVIN et Laure ROSATTI dégustant avec Patrick CHEVRANT-BRETON,

... un Sénior dans le vent...

 

Le château de la NERTHE, de loin le plus ancien et l'un des grands domaines de l’AOC Châteauneuf-du-Pape sera longtemps dissociée de Châteauneuf (un peu comme Pétrus à Pomerol, pour le comparer au plus grand) ...

 

Son vignoble s'étend sur 92 hectares et a produit au tout début du XIIème siècle de délicieux vins blancs, puis longtemps après des vins rouges sublimes.

 

En effet, au XIIème siècle, une famille de paysans avait installé une ferme, exactement à l’emplacement où nous ont reçus Antoine OLIVIN, et Laure ROSATTI, sur un petit promontoire bordé aujourd’hui de deux bassins installés à l’emplacement exact de la ferme d’origine qui indiquent clairement qu’il y avait là, une source qui n’a jamais cessé de couler depuis (aujourd’hui encore, elle continue à alimenter le canal de Pierrelatte à quelques centaines de mètres en aval).

 

3 - 12 - Le ruisseau de la Muscardière.JPG
 

On parle même ensuite d’une « bastide », qui avait pour joli nom, « BEAUVENIR » tout simplement parce qu'il était fort agréable d'y venir et d'y séjourner. (Ces informations ont été retrouvées dans les archives épiscopales, dont nous avons extrait ce qui suit, nous a dit Antoine).

 

3 - 1 - en 1560.JPG
Une gravure ancienne laisse deviner la ferme avant sa démolition…

 

En effet, pour comprendre le château, il faut imaginer qu’ici, à l’emplacement de la ferme est venu s’installer au moyen-âge une famille noble du Piémont, les TULLE de VILLEFRANCHE, dont un des ressortissants, Alexandre TULLIA est cité avec son fils, Jacques, comme « gentilhommes de la suite d'Amédée VII, comte de Savoie », et ayant suivi ce prince lorsqu'il rendit visite au pape Clément VII (le successeur, dit « antipape », d’URBAIN V) à Avignon en 1389.

 

Tous deux prirent alors du service auprès de ce pontife. Alexandre se fixa à Avignon et Jacques de TULLE resta sur place et s’y maria.

 

Deux siècles plus tard, ce terroir fut mentionné, le 25 novembre 1560 sous le nom de « BEAUVENIR », lors de la vente qu'en fit un notaire Avignonnais, Pierre ISNARDI, à un des descendants de Jacques, Pierre de TULLE. L'acte précisait qu'il s'agissait « d'une bastide avec tout son affar et tènement, meubles, animaux et tous les fonds de terres pour le prix de 700 écus d'or ».

 

Le domaine disposait d’une cave souterraine creusée dans le rocher dont trois énormes cuves de 150 hl chacune, bâties avec de lourdes pierres datant de la construction romaine du théâtre d’Orange (ces cuves sont utilisées aujourd’hui encore !)

 

0 - 0 - 4 - Oenologue.jpg   3 - 11 - Cuves en pierre 2.JPG

Le Sommelier Antoine OLIVIN devant les 3 Cuves en pierre de 150 hl chacune !

 

0 - 0 - 11 - Château la Nerthe 600 x 400.jpg

 

Le domaine était planté en vigne dès la fin du XVIème siècle – ça, on en est sûr – car un « terrier » déposé aux archives départementales de Vaucluse fait état de « la vigne dudit Tulle ».

 

Pierre de TULLE, devenu prieur de La NERTE à MARSEILLE, puis Chevalier de l’Ordre de Malte, légua à son neveu et filleul la partie des biens qui lui revenait sur le terroir de Châteauneuf.

 

L'acte de donation, daté de 1593, fut rédigé au nom de « Pierre de La NERTE » et le filleul signa l’acte en donnant ce nom à son nouveau domaine, auquel était attaché le titre de Seigneur de La NERTE et chevalier de VILLEFRANCHE.

 

La NERTE (du provençal « la Nerto = la Myrte »,) dont Pierre de TULLE était le père-prieur, est un petit village de la banlieue nord-ouest de Marseille, qui a fusionné de nos jours avec GIGNAC dont le massif montagneux de bord de mer est couvert de garrigue et de myrte a défrayé la chronique lors de la construction du canal de Caronte.

 

MYRTE 350 x 262.jpg
La Myrte ou Nerte (= Nerto en provençal)

 

Ce qui l’intéressait le plus, le neveu, était une parcelle de sables argilo-calcaires bien drainée par un ruisseau et plantée de vignes du nom de « la MUSCADIÈRE » (que nous avons sous les yeux en arrivant), qui est bien mentionnée au terrier du leg.

 

Elle avoisinait les deux hectares, plantés d’un cépage muscat blanc - d’où son nom - que pratiquait déjà le domaine en même temps que « la culture de poiriers, de cerisiers, d’abricotiers et d’oliviers ainsi que l’élevage d’animaux dont des chevaux, des moutons, des cochons et des chèvres. »

 

 

 0 - 0 - 1 _ La muscadière.jpg   2 - Vue de la Muscardière à la Nerthe 350 x 262.jpg
La parcelle de vigne d’origine dite « la Muscadière », juste à l’entrée du château.

 

La Bastide avait également une activité de sériciculture parce que la bastide possédait de nombreux muriers, ce qui explique probablement les armoiries du domaine sur lesquelles figurent trois papillons de ver à soie (connus comme étant des « Bombyx »), sous la croix savoyarde en mémoire des origines de la famille TULLE, avec, en fond, une croix de Malte dont de l’oncle Pierre était Chevalier.

 

 

6 - armoiries 350 x 262.JPG   5 - armoiries 350 x 262.png
Porte du Clos de « BEAUVENIR », avec le blason de la NERTE.

 

Le château actuel fut édifié, en 1736, à partir des plans qu'en avait faits l'architecte Jean-Baptiste FRANQUE (originaire de Villeneuve-lez-Avignon, et bien connu des Avignonnais car il y a construit de nombreux hôtels particuliers), pour le marquis Jean-Dominique TULLE de VILLEFRANCHE peu après son mariage avec Marie-Madeleine de PELLETIER de GIGONDAS, elle-même la fille de Pierre Esprit-Joseph, Seigneur de Barroux.

 

Puis, il fut complété par l'adjonction de nouveaux bâtiments notamment pour l’exploitation viticole en 1784.

 

0 - 0 - 8 - Château la Nerthe 350 x 262.jpg   1 - chateau la Nerthe.JPG
Le Château du Marquis Jean-Dominique de TULLE en façade

 

Ce fut en effet le marquis Jean-Dominique TULLE qui s’intéressa au négoce de sa récolte.

 

Dans un premier temps, cette initiative ne fut d'abord pas couronnée de succès. Mais rapidement la notoriété du vin de la NERTE se répandit de bouche à oreille, du clergé et de la noblesse, et sa réputation devint internationale lorsque les premières barriques furent expédiées en Allemagne d’abord, puis en Amérique.

 

0 - 0 - 5 - Château la Nerthe 350 x 262.jpg   0 - 0 - 6 - Château la Nerthe Beauvenir 350 x 262.jpg
Le château de la Nerthe vu d’un drone et la parcelle de « BEAUVENIR »

 

En 1785 eut lieu une révolution avant la lettre, avec la mise en bouteilles du vin du domaine de la SOLITUDE qu’adoptèrent rapidement tous les autres domaines.

 

La NERTE a traversé la Révolution sans dommage et a conservé toute sa notoriété.

 

Le vin de La NERTE figure parmi les 45 vins du catalogue de « Soupé et Compagnie, Marchands de vins du Roi, de Mme la duchesse de Berry et de Mgr le duc de Bordeaux » tout comme il figurait auparavant à la table de l’impératrice Joséphine.

 

Paul MARTIN, l'un des premiers vignerons français à vendre son vin en bouteille au XVIIIème siècle proposait dans un avis publicitaire, « du vin vieux de sa campagne sous le nom de Vin de la SOLITUDE, dont le tènement n’est séparé de celui de la NERTE que par un chemin ». C’est dire la notoriété de la NERTE…

 

L’annuaire de Vaucluse de 1804 à 1838 rappelle que l’administration départementale classe toujours le domaine à part : « les vins ..., de Châteauneuf, la NERTE, Sorgues… ». Tous les spécialistes lui accordent la première place :

 

En 1822, le docteur André JULLIEN, un œnologue de renom du début du XIXème, originaire de Châlons-sur-Saône et devenu négociant en vin considérait la NERTE comme le meilleur vin du sud du Rhône, et le plaçait parmi « les vins de première classe » en expliquant ainsi : « Les meilleurs vins se récoltent dans le clos de la NERTE et de Saint-Patrice.

 

Colorés, ils ont du velouté et de l'agrément : le moment de les boire dans leur parfaite maturité est lorsqu'ils ont trois à quatre ans. Par exception aux usages de la commune de Châteauneuf, le vin de la NERTE s’expédie aussi en bouteilles.

 

Jusqu’en 1840, on ne vendait jamais du vin nouveau au château de la NERTE ; pour être livré, il fallait qu’il fût fait, c’est-à-dire qu’il eut quatre ou cinq ans d’âge : il valait alors 240 francs la pièce de 170 litres, prise sur place ».

 

Et quand le mercredi 25 juin 1856 parut le premier numéro du « Moniteur Vinicole », son fondateur, Achille LARIVE, lança un « Appel aux propriétaires de crus ignorés », et il en publia les résultats dans son édition du 10 septembre 1856 : Aux côtés des crus de Bourgogne et de Champagne, pour le « Comtat d'Avignon », il cita ceux du « Coteau Brûlé », à Sorgues, de « la NERTE » et de « Château-Neuf ».

 

Victor RENDU, (un ampélographe qui était inspecteur général de l'agriculture et écrivit de nombreux ouvrages de vulgarisation) signale en 1857 qu’il est le seul vin du « Comtat d’Avignon » en deuxième classe et il nous fournit de précieux renseignements sur le domaine au milieu de XIXème siècle…

 

Il écrit entre autres : « on trouve deux catégories de vignes à la Nerthe.

Dans l’une, les souches sont extrêmement vieilles et les cépages se composent de Picpoule, de Clairette, de Terret noir et de Picardan.

Dans l’autre, les souches sont jeunes et consistent en grenache pour les deux tiers, en Clairette, Terret et Picpoule pour l’autre tiers.

 

Le Tinto [NDR : cépage d’origine italienne nommé par la suite Mourvèdre] n’y existe qu’en très minime proportion, bien qu’il soit fort apprécié pour la couleur qu’il donne au vin, mais il manque de finesse.

 

Les vignes, en général, sont à 1,50 m en tous sens ; dans les parties du terrain les plus sèches, on les voit à 1,78 m et même à 2 mètres ; elles reçoivent trois façons à bras chaque année. [On compte sur un rendement de 30 hectolitres par hectare, à partir de la huitième année.] »

 

Anselme MATHIEU, le poète ami de Frédéric MISTRAL, écrit en 1861 : « les [clos] les mieux estimées … sont à 180 F, et au-dessus, le clos de la NERTE est à 270 à 280 F ». Il ajoute : « L’enclos des Gros Cailloux est celui qui se rapproche le plus du clos la NERTE, pour la couleur et la finesse du bouquet ».

 

Alexandre DUMAS, dans son « Grand dictionnaire de cuisine » (1870), le cite comme un des 60 meilleurs vins rouge français.

 

En ce XIXème siècle, à l’exemple de la NERTE, d’autres vignerons ont privilégié la qualité et choisi de vendre leur vin sous le nom de leur domaine pour obtenir de meilleurs prix et surtout pour éviter les intermédiaires et les très nombreuses fraudes car « les vins de Châteauneuf sont expédiés, en grande partie, en Bourgogne et quelque peu à Bordeaux où ils servent à soutenir les vins faibles de ces contrées ».

 

La NERTE est ainsi devenue une référence même pour les bons vignerons de Châteauneuf.

 

Hélas, dès 1866, le phylloxéra s’abat sur le vignoble de Châteauneuf dès son apparition à ROQUEMAURE juste en face de l’autre côté du Rhône, et le détruit : 700 ha en 1866, 200 ha en 1880. La NERTE est également durement touchée.

 

Faute de moyens efficaces pour lutter contre la maladie, le comte de MALEISSYE, petit-fils de Guy-Louis de TULLE, marquis de VILLEFRANCHE, se résout à vendre le domaine en 1877.

 

Ainsi après, 317 ans d’appartenance à la même famille depuis 1560, la NERTE avait un nouveau propriétaire : le commandant Joseph DUCOS, qui mit sa pugnacité et sa fortune au service d'un vignoble dévasté par le phylloxéra.

 

Joseph DUCOT était un ancien élève de l'école polytechnique, un officier du génie reconverti en Président de la Sté d’Agriculture du Vaucluse. Devenu maire de Châteauneuf-Calcernié en 1893, il fit replanter et greffer cette année-là grenache, mourvèdre, counoise, vaccarèse, cinsault, syrah, les premiers des treize cépages de l’AOC sur des souches américaines.

 

Ce fut également à son initiative que le nom de la commune fut changé de Châteauneuf-Calcernié (« Calcernié » provient du mot « chaux » qui était produite en quantité sur la commune) en « Châteauneuf-du-Pape », beaucoup plus prestigieux.

 

Puis le Château va à nouveau changer de propriétaires. En effet, pendant la deuxième Guerre mondiale, le château devint le QG de l'État-Major de la Luftwaffe. Il fut occupé au cours du mois de juin 1943 et l'intérieur transformé de fond en comble pour les besoins du service. Les bâtiments à usage militaire, construits à proximité, furent bombardés le 14 août 1944 lors d'un raid de la Royal Air Force. L'aviation anglaise lâcha 22 bombes sur leurs cibles et réussit à éviter le château.

 

Et en avril 1985, les familles MOTTE et LECLERCQ qui l’avaient racheté après la guerre, le cèdent à deux négociants, la famille RICHARD, spécialisée dans la distribution des vins et cafés auprès de la restauration parisienne et « la société DAVID et FOILLARD » installée à Sorgues (En 1922, Tony DAVID avait acheté une propriété à SORGUES, près de la gare SNCF et s’était associé à Léon FOILLARD, installé à SAINT-GEORGES-DE-RENEINS, en Beaujolais dans le Rhône, sur le terroir de ROMANECHE-THORINS).

 

3 - 7 - Vincent 2 262 x 350.jpg

Le Sénior dans le Vent, Vincent DAVID, qui a évolué dans la Sté DAVID et FOILLARD

 

Le terroir de la NERTE jouit d'un grand potentiel qualitatif, et en tirer la véritable expression exige une maîtrise de la vigueur des vignes et de leur production. Le mot d'ordre auquel on ne saurait déroger à la NERTE est « une bouteille par souche » (soit 20 à 30 hl/hectare).

 

De 1985 à 2008, la direction et la restauration du domaine ont été confiées pendant 50 ans à Alain DUGAS, un ancien élève de Philippe DUFAYS, (cf. ci-dessus le médecin qui s’était marié avec l’héritière du domaine de NALYS).

 

 0 - 0 - 8 - Château la Nerthe 600 x 400.jpg

 

Par ailleurs, Alain DUGAS avait acquis un « savoir-faire » de la production vitivinicole durant 15 ans au Domaine de la RENJARDE à Sérignan-du-Comtat.

 

Il reprend à son compte les convictions et préceptes de son prédécesseur, Joseph DUCOS et s'entoure d'un groupe d'hommes et de femmes, tous acquis à la philosophie de la NERTE. Le château renoue avec son passé, la lettre H de « la NERTHE » est rétablie (elle avait déjà été utilisée en 1820) et les caves sont réaménagées.

 

0 - 0 - 9 - Château la Nerthe 350 x262.jpg   14 - Réserve d'Anne Sophie PIC 350 x 262.JPG
1ère partie de la cave de vieillissement d’origine aménagée autrefois pour recevoir

 Des réserves de restaurants étoilées tels Anne-Sophie Pic, Baumanière ou la Tour d’argent

 

14 - Réserve de la Tour d'Argent 350 x 262.JPG    3 - 6 - Aliognement des foudres de vieillissement 350 x 262.jpg
Et alignement de foudres de vieillissement d’alcool.

 

0 - 0 - 13 - Château la Nerthe 350 x 262.jpg    12 - Fermentation 350 x 262.JPG
Porte du nouveau caveau de vinification aménagé sous la parcelle de « BEAUVENIR ».

 

11 - Fermentation 262 x 350.JPG    17 - Cuves de fermentation.jpg

vinification 350 x 262.jpg    3 - 10 - Attentifs 350 x 262.jpg

Les « Séniors dans le vent » écoutent attentivement les explications de l’œnologue !

 

21 - Ouillage.jpg    22 - Ouillage.jpg
Puis admirent ensuite l’ouillage (Remplacement de « la Part des Anges »)

 

9 - Viellissement 262 x 350.JPG    Foudre  ovale de 10 fois 228 litres 262 x 350.jpg
Et les vieilles caves de vieillissement.

 

En 1985, le vignoble représente 57 hectares. Une partie nécessite un renouvellement et une adaptation minutieuse sol/climat/cépages. Les vignes très anciennes sont conservées et représentent 24 ha.

 

En 1987, Alain DUCOS procède à la plantation de 11 ha en mourvèdre, syrah et cinsault puis s’attèle à replanter 25 hectares de trop vieilles souches.

 

Enfin en 1991, il achète 25 hectares du domaine de TERRE FERME jouxtant la NERTHE et le vignoble est ainsi porté à 92 hectares.

 

En culture « raisonnée » depuis 1990, sous son impulsion, le domaine est certifié en viticulture biologique (Ecocert) dès 1998 et il prend sa retraite en 2008.

 

Remplacé par Christian VŒUX, œnologue d'une compétence reconnue ayant travaillé auparavant au château de MONT-REDON, ce dernier prend à son tour sa retraite en 2015 et c’est l’actuel directeur, Ralph GARCIN, qui est maintenant aux commandes du Château de la NERTHE.

 

Et les « Séniors dans le vent » vont ensuite faire une merveilleuse dégustation dans les salons du Château…

 

33 - Salons 350 x 262.jpg   25 - Salon de réception 350 x 262.jpg
Les magnifiques salons du Château…

  

38 - Salons 262 x 350.jpg    37 - Salon 262 x 350.JPG

19 - Les Séniors prêts à déguster 350 x 262.jpg    30 - Dégustation 196 x 262.jpg
Les « Séniors dans le vent » vont déguster...

 

36 - La cuvée mythique de la NERTHE.jpg    37 6 LA Cuvée mythique 262 x 350.jpg
Les deux cuvées mythiques de la NERTHE !

 

 

PETIT HISTORIQUE DU CHÂTEAU MONT-REDON

 

En l’an 1344, le vignoble appartient au Domaine Pontifical du Pape Jean XXII. Le nom du domaine provient tout simplement du nom du lieudit nommé par les romains « Montem Rotundum », traduit par « le Mont Rond ».

 

Le tout petit terroir du Mont-Redon est alors cultivé par la cour papale pour l’élaboration de ses vins.

 

Au XVIIIème siècle, cette terre devient la propriété de la famille ASTIER-MATHIEU dont Anselme MATHIEU, célèbre « Félibre provençal », qui se disait « Marquis de Mont-Redon ».

 

Il exploitera le domaine jusqu’à la fin du XIXème siècle. Mais la crise du Phylloxera a ruiné le Marquis.

 

1 - Chateau MONTREDON 2.JPG
 

Lorsqu’il faut tout reconstruire et tout recréer, un certain Henri PLANTIN décide de racheter le domaine qui ne comprend alors que 2,5 ha de vignes en 1923.

 

0 - FLANDRIN.JPG
 Henri PLANTIN, l'arrière-grand-père...

 

Henri PLANTIN (1890 – 1966) agit en précurseur. Bien avant la création de l’Appellation d’Origine Contrôlée Châteauneuf-du-Pape, il acquiert cette toute petite propriété isolée du village mais entourée de bois.

 

Visionnaire, il s’attache à regrouper les parcelles autour du domaine et pressent le caractère exceptionnel du terroir du plateau qui domine le Mont-Redon alors recouvert de garrigues et de bosquets et qui possède une source et les trois terroirs mythiques qui feront la réputation de l’Appellation, les galets, les safres et les calcaires.

 

Pionnier, il décide de défricher cette terre inexploitée et d’y planter des vignes notamment dans les fameux galets roulés.

 

 2 - Calcaires urgoniens.JPG   3 - Galets du Rhône.jpg
Le merveilleux alignement des vignes de Montredon dans les calcaires et les galets !

 

Sous le caveau d’origine, il a l’idée de faire creuser le rocher sur plusieurs dizaines de mètres en dégageant et remontant vers l’Est le conduit d’où coulait la source qui approvisionnait le domaine pour créer une pièce d’eau souterraine afin de maintenir le caveau à température et hygrométrie constante.

 

 4 - La Source.JPG

La source, transformée en « climatiseur » maintenant la température à 12 °.

 

Les trois générations suivantes ont contribué, petit à petit, à étendre le domaine jusqu’à 100 hectares de vignes d’un seul tenant, lui valant la fierté d’être le plus grand domaine de l’appellation Châteauneuf-du-Pape.

 

En 1980, l’exploitation s’agrandit encore avec l’acquisition d’un vignoble de 15 hectares en Appellation « Côtes-du-Rhône » puis en 1997, un autre de 35 hectares en Appellation « Lirac » immédiatement adjacent, tous deux situés sur la commune de Roquemaure.

 

Le Château Mont-Redon propriété de la Famille PLANTIN, dont les héritiers ont pour nom ABEILLE-FABRE, est actuellement dirigé par la 4ème génération dont mon copain Pierre FABRE qui préside à la commercialisation.

 

Tout comme à la NERTHE, une partie du vin produit est mis en foudres ou en barriques pour vieillissement dans plusieurs caves maintenues à température constante par la source creusée par l’arrière-grand-père PLANTAIN.

 

15 - Mont Redon.JPG
 
La toute dernière cave de vieillissement construite…

 

Foudre oval.jpg    Foudre oval 2.jpg
De curieux foudres elliptiques voisinent des barriques de 227 l.

 

9 - Cave de vieillissement.jpg    8 - Cave de vieillissement.jpg

 

10 - Cave de vieillissement.jpg    14 - Stockage en bouteilles.jpg
Ou tout simplement mis en bouteille en attente de livraison.

 

Et re-dégustation par les « Séniors dans le Vent » du vin de Mont-Redon qui ont apprécié les quatre cuvées d’exception du château en blanc comme en rouge !

 

11 - dégustation à Mont redon.jpg

  

10 - dégustation à Mont redon.jpg   11 - Dégustation des Seniors dans le vent.jpg
 

12 - dégustation à Mont redon.jpg    12 - dégustation à Mont redon 2.jpg
Dont le mythique Châteauneuf-du-Pape et un Cairanne.

 

 

 


 

BIBLIOGRAPHIE

 

Site officiel de la NERTHE : https://www.domainesrichard.fr/chateau-la-nerthe/

 

Et une petite vidéo de présentation commerciale de la NERTHE de 4 minutes.

 

 

Site officiel de MONT-REDON : https://www.chateaumontredon.com/

 

Quant à la Tonnellerie :

https://www.academie-foret-bois.fr/chapitres/chapitre-3/fiche-3-13/  

 

  • Les bois ont des atouts dans l’emballage de liquides destinés à l’alimentation par leurs réponses en matière de mécanique, de physique des transferts, de chimie et de microbiologie
  • Le bois de chêne se marie très bien avec le vin ou les alcools et les forêts françaises offrent une ressource adaptée à la tonnellerie
  • Le fût et les copeaux de chêne sont complémentaires pour les vins haut et moyen de gamme. Le secteur de la tonnellerie continue à progresser en volume et en valeur
  • La recherche et l’innovation sont très actives entre les tonnelleries et l’université dans de nombreux domaines
  • La tonnellerie peut être un exemple de mariage réussi entre traditions et innovations pour la valorisation de bois de qualité supérieure.

 

Un « foudre » désigne un très gros fût dépassant 10 hl soit 1000 litres. Le plus volumineux, jamais construit le fut pour le producteur d’apéritif BYRRH à Thuir dans les Pyrénées orientales. Il dépasse 10000 hectolitres, soit 1 million de litres !

 

Petite Vidéo de 2 minutes 40, à propos de la Tonnellerie Bourguignonne Rousseau :

 


 

Petite Vidéo de 2 minutes 30, montrant les différentes phases de fabrication d’un fût :

 


 


 

 



19/01/2024
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 180 autres membres