LA TCHASTOUCHKA (CHANT RUSSE TRADITIONNEL)

 concertina.jpg Bandoneon.jpg 
Un concertina, son cousin russe, le bandonéon,

 

 

balalaika.png

et la traditionnelle balalaïka:

Ce sont là, les deux instruments populaires de la Russie.

 

Pendant mon long séjour de 10 ans en UNION SOVIETIQUE puis en RUSSIE (de la fin de la Perestroïka en 1990 jusqu'en 2000) j'ai pu vivre une page d'histoire, rencontrer parmi des gens ordinaires des hommes et des femmes extraordinaires.

 

j'ai d'ailleurs consacré à cette aventure plusieurs articles dont vous pourrez lire le principal après avoir lu ce qui suit, en Cliquant ici.

 

Un couple d'amis Bouriates, Alexandre MELNIK et son épouse Oksana, qui exploitaient, à OULAN-OUDE (capitale de la Bouriatie - autrement dit la Sibérie Orientale (qui entoure le lac Baïkal, « en haut à droite » Clin d'œil une petite entreprise de distribution alimentaire.

 

Leur boutique avait attiré mon attention... tout simplement parce qu'elle portait comme enseigne « Маленький Принц » - autrement dit « le Petit Prince » - avec le beau dessin de Saint Exupéry. 

 

Alexandre MELNIK et Oksana ont finalement choisi de venir vivre en Europe et ont réalisé leur rêve en ouvrant une boutique de librairie traditionnelle à Liège en Belgique « parce qu'ils n'ont qu'une vie ».

 

En 1997, ma secrétaire, Natacha KOMMISAROVA, nous avait invité à son mariage, Martine et moi. Elle épousait un copain d'enfance, son géant Igor (2m!) dans sa petite ville natale, OREL, située à la frontière avec l'Ukraine.

 

C'était un mariage, très traditionnel en robe blanche et en plein hiver.

 

Après une nuit passée dans le train de Moscou à Orel, nous avons assisté à la cérémonie du mariage à la mairie.

 

Elle fut très touchante et pour nous Français, très curieuse, parce qu'à l'époque, on n'avait pas encore rétabli la tradition des mariages religieux, et tout le cérémonial bien que laïc était quasi religieux, après l'échange des consentements, et c'est la mairie elle-même, qui, pour étoffer la cérémonie procédait à la traditionnelle sortie des jeunes mariés sur l'air de l'opéra de Wagner (« Lohengrin » - acte 3, scène 2) enregistrée très solennellement.

 

Puis, on est sorti de la mairie pour aller déposer une gerbe sur le monument aux morts - un char russe placé au milieu d'un rond-point - et enfin, dans un kiosque du jardin publique dédié au poète local, ou nous attendaient les babouchkas du quartier de Natacha pour prendre les santés traditionnelles au « Tchampagnskoië », le Champagne Georgien.

 

Enfin, nous nous sommes ensuite dirigés vers la gare du chemin de fer où la maman de Natacha était employée du réfectoire des cheminots.

 

Après avoir traversé un bon kilomètre de voies sous la neige, nous sommes arrivés dans un bâtiment où avait été organisé le repas de noce, juste à coté des ateliers de réparation des wagons.

 

D'ailleurs là, nous avons été stupéfaits d'apercevoir une rame entière du très français « Orient Express » qui était en train d'être restauré, là au fin fond de la Russie profonde (en fait, nous avons appris que l'équipe de restauration des chemins de fer d'Orel était très spécialisée dans la restauration des anciens wagons du transsibérien entièrement réalisés en bois, tout comme « l'Orient Express »).

 

Puis au cours du repas, ont été chantés les traditionnels chants de mariage dont les fameuses « tchastouchka » reprises par tous les participants chacun à son tour accompagnés d'un bandonéon, une sorte d'accordéon simplifié dont sont friands tous les russes.  

 

La « tchastouchka » (en Russe : « часту́шка ») est un type de chant traditionnel russe écrit sous forme d'une poésie de quatrains en tétramètres trochaïques avec un rythme en ABAB, ABCB ou moins fréquemment AABB. Très souvent humoristiques, satiriques, voire ironiques, les « tchastouchki » (pluriel de « tchastouchka ») sont souvent mises en musique, accompagnées de concertina ou de bandonéon, voire de balalaïka. 

 

Le nom « tchastouchka » vient du russe « части́ть », qui signifie « parler vite ». Et de fait, en l'occurrence, chacun des participants raconte ainsi une petite anecdote de la vie de jeune fille de la mariée. C'est très amusant!

  

Mon ami Alexandre MELNIK joue divinement bien de la guitare et compose lui-même ses chansons.

 

Il m'a fait parvenir en 2010 une carte de vœux originale en m'offrant une vidéo de « tchastouchka » dont je suis sûr, vous noterez et apprécierez la nostalgie touchante dans le décor d'une datcha de la banlieue de Minsk en Biélorussie comme il y en avait des milliers là-bas.  La « Бабушка » - lire « Baboushka » qui veut dire grand-mère - en scène dont le nom est « Zoïa » est passée sur la chaine de télévision Russe N° 1 depuis, et elle est devenue une vedette depuis... 

 

Je vous laisse apprécier une vidéo de cette « simple femme Russe chantant ses espoirs accompagnée par son simple mari ». Car, si les choses ont beaucoup changé dans les banlieues des grandes villes et à Moscou, c'est allé beaucoup plus lentement dans la Russie profonde où toute une génération a vécu une très difficile transition (cf. mon article sur « Les causes du malheur Russe »).

 

 

 

 

 

cf. ci-dessous une  « tchastouchka » un peu plus moderne, comme on peut les entendre à l'occasion d'un mariage; celle qui suit a été improvisée sur un parking d'autobus... Le rythme en est vraiment traditionnel !

 


 

 

Et enfin la musique traditionnelle musique militaire Russe... avec un petit clin d'œil sur la fascination des russes pour l'Armée Rouge et pour son passé !

 

 

Et 2 minutes de la dernière parade 2021 pour le 75ème anniversaire de la victoire de 1945...

voulu par le nouveau Tsar... Ahhh... Le Pouvoir !

 



 

 


 



12/03/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 103 autres membres