DU TÉLÉPHONE A MAGNETO DE PAPA DATANT DE 1908 AU SMARTPHONE !

 01 - Tel MARTY 2 de 1910.jpg

Voici le combiné MARTY 1910 qui trônait sur le bureau du Service des Mines

que dirigeait mon père en... 1954 ! Pour l'appeler, il fallait demander le « 24 à Manosque ». 

Clin d'œil

 

Avant d'entrer dans le vif du sujet un petit sketch de circonstance... 

Ouais, un peu ringard, mais pour les octogénaires comme moi,

ça leur rappellera sûrement quelque chose !

 


Vous pouvez l'arrêter en cliquant ci-dessus sur le symbole :

 coupe son.jpg

 

Après avoir compris comment fonctionnait le Télégraphe, il est aisé de comprendre comment on a pu passer du télégraphe au téléphone… Mais on a mis plus d’un siècle avant d’arriver au téléphone portable dont nous nous servons tous les jours !

 

Alors, après avoir visité le musée des Arts et Métiers de Paris, et avoir été « bluffé » par Jean GODI, un internaute qui s’est passionné pour le sujet (cf. Le site très détaillé de Jean GODI) je vais pouvoir vous en conter les différentes étapes de façon succincte…

 

Nous allons passer rapidement sur le « Fonoscopio » ou « téléphone à ficelle » qui était un jouet utilisé par des enfants Équatoriens et dont on n’aurait jamais entendu parler si le physicien anglais Robert HOOKE n’en avait pas parlé en 1665 (Robert HOOKE est un physicien touche-à-tout génial qui a inventé un tas de mécanismes dont un télégraphe aérien avant la lettre (cf. Article sur le Télégraphe). 

 

Il s'agissait d'un système reliant deux dispositifs acoustiques avec un fil tendu entre les deux.

 

Dans un de ses ouvrages, HOOKE évoque en effet que « en employant un fil tendu, j'ai pu transmettre instantanément le son à une grande distance (de l’ordre de 150 à 200 yards) et avec une vitesse sinon aussi rapide que celle de la lumière, du moins incomparablement plus grande que celle du son dans l'air ».

 

Le « Fonoscopio » était en fait constitué de deux tubes coniques en métal ou en carton, dont un bout était fermé par une membrane tendue de parchemin, au centre de laquelle était fixée, par un nœud, la ficelle destinée à les réunir (de préférence en soie pour un meilleur résultat ou en coton tressé). Quand deux tubes de ce genre sont ainsi réunis et que le fil est bien tendu, comme on le voit ci-dessous :

 

img005.jpg

 

Il suffit qu'une personne applique un de ces tubes contre l'oreille et qu'une autre personne parle très près de l'ouverture de l'autre tube, pour que toutes les paroles prononcées par cette dernière soient immédiatement transmises à l'autre, et l'on peut même converser de cette manière à voix presque basse.

 

Dans ces conditions, les vibrations de la membrane impressionnée par la voix se trouvent transmises mécaniquement à l'autre membrane par le fil qui, comme l'avait constaté HOOKE, transmet les sons beaucoup mieux que l'air).

 

Il a fallu attendre plus d’un siècle la découverte du courant électrique pour donner à des hommes curieux de tout l'idée de transformer une impulsion électrique en sons audibles par l’oreille de l’homme !

 

Pas évident, mais c’était sans compter sur le génie d’un tas de passionnés et on doit le tout début du téléphone à un génial mécanicien italien, du nom d’Antonio MEUCCI qui eut l’idée d’utiliser l’électricité pour faire vibrer une membrane de bois à l’aide d’un électroaimant pour mettre au point dès 1836 son « Télettrofono », l’ancêtre du téléphone.

 

Teletrophono 350 x 280.jpg   Telletrofono MEUCCI.jpeg

 

Émigré à Cuba en 1835 puis aux Etats-Unis en 1850, les américains peuvent s’enorgueillir de « l’invention du téléphone » grâce à lui, alors que n’importe qui vous citera en premier Graham BELL qui ne déposa son brevet, en le copiant sur la trouvaille de l’un de ses compatriotes qu'en 1876 seulement.

 

Il a fallu attendre l’année 2002 pour que le très officiel USPTO (l’Office Américain des Brevets et des Marques Commerciales) attribue officiellement la paternité du téléphone à Antonio MEUCCI suivi ensuite d’Elisha GRAY puis seulement d’Alexander Graham BELL dans cet ordre… 

 

En fait, le principe du téléphone électrique a immédiatement été repris par l’américain Elisha GRAY, un « Quaker » de l’Ohio, forgeron, puis charpentier et constructeur de bateaux, qui a ensuite racheté avec Enos BARTON en 1869 l’entreprise « Western Electric Company » fondée en 1856 par Georges SHAWK.

 

Elisha GRAY dépose le premier brevet d’invention du « télégraphe musical », en fait, du téléphone électrique, le 14 février 1876, le jour même… où Alexander Graham BELL, un ingénieur Écossais émigré au Canada dépose son brevet de « télégraphe harmonique » qui ressemble étrangement à celui de GRAY.

 

Bref, si spontanément on cite BELL comme l'inventeur du téléphone c'est qu'il est le premier à l'avoir industrialisé. Il a fondé pour ça dès 1877 la « Bell Telephone Company » et il avait baptisé son téléphone « Vibraphone ».

 

  VIBRAPHONE de Bell 350 x 260.jpg   vibraphone-bell-experimental.jpg

Le « Vibraphone » de Graham BELL

Il était constitué de bois et de fil trempé dans de l’acide (pour favoriser la transmission des ondes sonores).

 

Mais ces trois premiers « inventeurs du téléphone » vont désormais déclencher toute une chaine d’inventions du téléphone un peu partout dans le monde qui ont conduit à améliorer ses premiers balbutiements !

 

Ainsi, en 1879, l’ingénieur français Clément ADER, qui rêvait de construire et faire voler « un engin motorisé plus lourd que l’air » (et qui le fit effectivement décoller en 1890) avait absolument besoin d’argent pour ses recherches.

 

Pour son engin volant, il s’était inspiré de la morphologie d’une chauve-souris pour mettre au point son premier modèle baptisé « Éole » puis son second « l’Aquilon » !

 

Eole d'Ader.jpg   08 - Avion_III_de clément ADER.jpg

« L’Éole » de Clément ADER, puis « L’Aquilon » ou « l’Avion III » 

 

Dès 1879, Clément ADER s’intéressa donc à l’invention de BELL et va participer à la création du premier réseau téléphonique (alors privé) de Paris avec Louis BREGUET, Cornélius ROOSEVELT et François RODDE au sein de la Compagnie des Téléphones GOWER, de l'ingénieur américain Frédéric Allen GOWER.

 

Devenue la « Société Générale des Téléphones » en 1880, la société lance en 1881 le « Théâtrophone », sur une idée géniale d'ADER qui, à l’aide de micros installés de chaque côté de la scène de l'Opéra Garnier, permettait « d'écouter l'opéra en restant chez soi ».

 

Il s'agit de microphones au carbone à simple phase, une technologie ancienne qui ne permettait pas un très bon rendu acoustique et musical, et même si les micros sont installés de chaque côté de la scène, cela ne signifiait pas que le spectacle était retransmis en stéréophonie.

 

09 - theatrophone.jpg   10 - Theatrophone d'ADER 3 Affiche.JPG
 

Le système sera rapidement étendu à d'autres salles de spectacle et en très peu de temps, et Clément ADER va accumuler ainsi une belle fortune.

 

11 - Theatrophone d'ADER.jpg   12 - Theatrophone d'ADER 2 Central.JPG

Ici on peut voir le standard qui permettait de connecter les Théâtrophones aux schènes de théâtres. 

 

Il s’empresse aussitôt de multiplier les contacts influents que cela lui permet au sein du gouvernement pour faire aboutir son projet d’une machine de guerre volante, mais revenons au téléphone !

 

Parallèlement à ce développement, Graham BELL avait un oncle du nom de SYMONDS qui, lors d’une visite à son neveu à Brantford au Canada, avait acquis un appareil de son neveu et l’emporta en Australie.

 

Lors de notre escapade en Australie en 2019 j’ai eu la chance de visiter le MMTM (Musée Municipal des Techniques de Melbourne) qui m’a permis d’en apprendre un peu plus sur cet oncle de BELL…

 

13 - bell symonds 350 x 260.jpg

Cet émetteur se trouve au musée des techniques de Melbourne 

 

Dès 1869, à partir de cet échantillon d’émetteur couplé à un récepteur du « télégraphe harmonique », l’oncle SYMONDS développa un réseau téléphonique sur le continent australien oriental (à savoir les trois principaux états du Queensland - Brisbane, à la nouvelle Galles du Sud - Sydney et au Victoria - Melbourne).

 

Ces téléphones ne convenaient que pour les services à courte distance et de poste-à-poste, et les premiers ne disposaient même pas de système d’appel, obligeant l'appelant à hurler dans le micro ou à appuyer sur l'émetteur pour attirer l'attention du destinataire !

 

 

14 - Tel Graham Bell en bois.JPG

 

Mais, très vite, la technique s’améliora et on vit apparaître les premiers « combinés » émetteur-récepteur.

 

15 - telephone-ancien-mobile-D-arsonval-1880.jpg   reversibleanim.gif

 

 

Fin 1880, le Département des Postes et Télégraphes de Melbourne avait mis en place un réseau téléphonique municipal reliant la police, les pompiers, les bureaux du gouvernement, le parlement et le palais présidentiel.

 

La même année, la toute nouvelle « Melbourne Telephone Exchange Company » établissait un premier central téléphonique de 100 lignes, et avait réussi à connecter les uns aux autres les postes téléphoniques point-à-point existants.

 

En 1884, la MTEC comptait 730 abonnés au réseau téléphonique et avait traité plus de 7700 appels. L'augmentation du nombre des abonnés dépassait tellement les prévisions qu'on dut, à cette époque, agrandir le bureau central et le transférer dans un bâtiment plus vaste.

 

16 - central de melbourne en 1886.JPG

 

Mais sans plus évoquer le développement du téléphone à Melbourne, qui paradoxalement s'était développé plus rapidement qu'en Angleterre, revenons en France.

 

Le 1er mai 1878 : le Maréchal Mac Mahon, président de la République inaugure l'Exposition universelle de Paris et un des journalistes présents rapporte qu’il y a vu : « Deux merveilleuses inventions ayant pour but les transmissions du son et de la voix humaine : le téléphone et le phonographe, marqueront notre siècle comme une des plus grandes victoires de la science… »

 

À partir de 1879, l’équipement en téléphone va prendre véritablement son essor en France grâce à Clément ADER qui a maintenant les moyens industriels de production.

 

Son associé, Louis BREGUET, va le quitter pour rentrer chez lui en Suisse (il fait partie d’une famille protestante suisse) où il rencontrera d’ailleurs moins de succès avec le téléphone mais ses recherches vont l’amener à améliorer la bobine d’induction d’Heinrich Ruhmkorff et il se tourne vers d'autres activités que va reprendre son fils Antoine BREGUET (la montre suisse !)

 

17 - ADER_phone_1880 280 x 350.jpg   18 - telephone-ancien-mobile-ADER-type-4-SGT-1885.jpg

Deux combinés Clément ADER modèles 1880 et 1885

 

Et rapidement, de 1890 à 1920, le combiné va évoluer de façon significative...

 

En 1890 Clément ADER sort son combiné dit « la machine à coudre » qui a l’avantage de produire l’électricité nécessaire pour l’appel à l’aide d’une magnéto et il imagine le premier combiné micro-à cornet-écouteur qu'il l'améliore en 1894 avec batterie incluse.

 

 

19 - ADER MOBILE 1890 Dit la machine à coudre.JPG   19 - BERTHON-ADER MOBILE 1893.JPG

Modèle dit « la machine à coudre » d'ADER de 1890 et le mobile à combiné BERTHON-ADER de 1893

 

Et rapidement, de 1890 à 1920, le combiné va évoluer de façon significative un peu partout dans le monde à l’initiative des américains essentiellement parce qu’ils ont pris un temps d’avance...

 

 

19 - telephone-ancien-mobile-Milde-1893.jpg   20 - telephone-ancien-mobile-Mors-Abdank-1896.jpg

Modèle MILDE 1893 et MORS Abdank 1896 

 

21 - telephone-ancien-mobile-Picart-Lebas-1900.jpg   22 - telephone-ancien-mural-Picart-Lebas-1900.jpg

Modèles PICART-LEBAS 1900 version mobile ou mural

 

23 - telephone-ancien-mural-Eurieult-1902.jpg   24 - telephone-ancien-mural-d-Arsonval-1895.jpg
Modèles 1902 EURIEULT en console et mural

 

   24 - 2 - BERLINER 1910 240 x 350.JPG   24 - 3 - BERLINER 1920 0 Levier 13 directions.JPG
Modèle « Berliner » 1910 puis 1920 avec levier à 13 directions… le début de la numérotation auto.

 

25 - telephone-ancien-mobile-JACQUESON-Sequanaise-magneto.jpg   01 - Tel MARTY 2 de 1910 350 x 280.jpg
Modèles JACQUESON à magnéto frontale de 1905 , MARTY 1 à magnéto latérale de 1910

 

27 - 1 - MARTY 1910 à manivelle latérale.JPG   27 - 2 - ASCOM AOIP MARTY 1941 350 x 240.JPG Modèle MARTY 2 de 1911 et ASCOM-MARTY à magnéto latérale de 1913

 

Le modèle MARTY à magnéto latérale, fabriqué par l'Association des Ouvriers en Instruments de Précision (AOIP) en 1910 qui répondait à un cahier des charges précis de l'Administration des PTT fût de loin le plus commun et utilisé.

 

La lignée des postes MARTY débute en 1910 avec le modèle à magnéto latérale, fabriqué par l'Association des Ouvriers en Instruments de Précision (AOIP) est composé d’une structure en bois et d’un combiné AOIP.

 
Il évoluera jusqu'au modèle 1941, en passant par une version 1934. Il commence par hériter d’un combiné plus performant, déjà exploité par le poste PTT 24 que l'on verra ci-après.

 

Ensuite, la version 1941 se veut plus sobre (crochet commutateur en métal peint, piétements chromés remplacés par des patins en caoutchouc) 

 

35 - Telephone à cornet Thomson 1910.jpg   35 - Telephone à cornet CFTH Thomson Houston 1910 240 x 350.JPG   35 - Candlestick  2 1910 240 x 350.jpg
Téléphone à cornet Thomson 1910 (nécessité pour l’hygiène du micro…) et en 1923 on y rajoute un cadran ! 

 

Mais ces modèles de téléphone nécessitaient toujours une intervention manuelle pour les relier entre eux.

 

C’est à partir de 1900 que se situe la création d'énormes centraux téléphoniques dans lesquels il fallait que des « Demoiselles du Téléphone » relient les postes entre eux avec des fiches... chacun des standards étant également reliés entre eux. Vous imaginez l'imbroglio de câbles électriques que cela nécessitait !

 

A Busnes dans le Pas-de-Calais, le petit village natal de mon épouse Martine, il n'y avait pas de bureau de poste.

 

Comme dans de nombreux autres villages le standard était installé dans l'unique café du village et c'était « la tante Marie-Louise » de Martine qui tenait à la fois le bar et le standard!

 

J'ai pu trouver ci-dessous une photo d'un tel standard... Celui de gauche pouvait faire se connecter 100 lignes entre elles, celui de droite 50 seulement mais ce n'était même pas le nombre d'abonnés du village de Busnes...

 

Le standard en lui-même pouvait se connecter à celui de la Poste de Béthune située à une vingtaine de Km qui, à son tour pouvait se connecter à un autre standard régional !

 

27 - StandardTele Busnes 400 x 250.jpg   27 - ancien-standard-telephonique 350 x 350.jpg

À chaque abonné correspondait une fiche et une prise jack dans laquelle il fallait brancher la fiche dès l'appel !

 

Le Central régional était bien plus conséquent, qui employait plusieurs opératrices que l'on avait comme partout en France baptisé les « Demoiselles du Téléphone » !

 

« Les Demoiselles du Téléphone » est une expression reliée à la téléphonie française au début du 20ème siècle, pour désigner des jeunes femmes exerçant la profession de téléphoniste à une période où le réseau téléphonique commuté (RTC) était assuré par des commutateurs téléphoniques manuels.

 

« Les Demoiselles du Téléphone » mettaient alors deux personnes en relation téléphonique grâce à « un système de cordons souples munis de fiches et de tableaux d’arrivée et de départ d’abonnés ».

 

Saviez-vous que ces demoiselles étaient alors recrutées avec le même soin que plus tard, les compagnies d'aviation mettaient à recruter leurs hôtesses de l'air ? ...

 

Elles devaient obligatoirement être célibataires « de bonne famille », avoir reçu une excellente éducation et posséder une morale irréprochable, cultivées, posséder au moins une deuxième langue.

 

Et, comme tous les employés des Postes et Télécommunications, elles devaient bien entendu connaître par cœur les noms et les numéros des 90 départements français, de leurs chefs-lieux et leurs sous-préfectures. C’était une constante quand on passait le certificat d’études… L’instituteur nous engageait à conjointement passer l’examen d’admission aux PTT…

 

De plus les « Demoiselles du Téléphone » prenaient un engagement de discrétion absolu, pratiquement l'égal du secret professionnel des médecins, car elles étaient amenées à entendre éventuellement les conversations de leurs abonnés !

 

28 - Standard type 350 x 250.jpg

Console de Central (extrait de la Série NetFlix Espagnole « Les demoiselles du Téléphone)

  

Bon, la vidéo de 2 minutes qui suit est en anglais, mais elle illustre bien ce qu'était le travail des « demoiselles du Téléphone) même si ici ce sont des Papys qui s'amusent à refaire fonctionner un vieux standard !

 


 

Puis de 1900 à 1920, la croissance du réseau téléphonique a été telle que, le recrutement et l’emploi d’un nombre suffisant d’opératrices étaient devenus de plus en plus problématiques et il a fallu se résoudre à automatiser les centraux, d'autant que de nombreux ingénieurs ont vu là une source de revenus confortables tellement la différence, à l'usage, était à l'avantage des machines !

 

À Paris, où le développement rapide du téléphone avait nécessité, dès la fin du XIXème siècle, la création d'une douzaine de « Centraux Téléphoniques » chaque abonné est alors rattaché à un « Central », primitivement désigné par une lettre de l'alphabet allant de A à O, dite lettre-indice (le J et le N ne sont pas attribués pour éviter toute confusion, auditive ou visuelle, avec le I et le M).

 

Les Centraux téléphoniques installés dans des immeubles spécialement construits pour le téléphone (et dont bon nombre existent encore aujourd’hui et font figure de monuments historiques) reçoivent assez tôt un nom représentatif correspondant à leur emplacement ou au quartier qu'ils desservent.

 

L'ordre alphabétique parcourt Paris en sens elliptique tout comme les arrondissements : partant du centre, il balaie la rive droite d'ouest en est, puis la rive gauche dans le sens inverse, pour revenir au centre :

      • Avenue de l'Opéra, (bureau A) ;
      • Avenue de Wagram, (bureau B) :
      • Quai de Seine, (bureau C) ;
      • Place de la République, (bureau D) ;
      • Rue de Lyon, (bureau E) ;
      • Avenue des Gobelins, (bureau F) ;
      • Boulevard Saint-Germain, (bureau G) ;
      • Rue Lecourbe, (bureau H) ;
      • Rue de Passy, (bureau I) ;
      • Rue Gutenberg (poste central ouvert en 1894 ; bureau K) ;
      • Rue Lafayette, (bureau L) ;
      • Rue Étienne Marcel, (bureau M) ;
      • Rue d'Anjou, (bureau O).

 

En 1891, l'Américain Almon-Brown STROWGER dépose un brevet pour le premier système automatique.

 

L'année 1897 sert souvent de référence dans le développement du système pas-à-pas de STROWGER.

 

C’est en effet cette année-là qu’a été mis en service le premier central public comportant plusieurs étages de sélection avec, chez les abonnés, une installation simplifiée munie d'un cadran de numérotation.

 

Le rôle du central consistait à établir, pour chaque appel, une continuité électrique entre les abonnés en communication à travers un commutateur.

 

Le signal électrique de la parole était analogique de bout en bout. On a donné à cette technique le nom de « commutation analogique » ou encore « commutation spatiale » parce que les liaisons entre abonnés étaient réalisées physiquement dans l'espace.

 

De ce simple fait, les dix années suivantes furent extrêmement fertiles en innovations, et le système atteindra sa maturité autour de 1910.

 

Le système de commutation STROWGER desservait déjà 200000 abonnés, pratiquement tous aux Etats-Unis.

 

Malgré cela, ce n'est finalement qu'au lendemain de la première guerre mondiale que l'automatisation du réseau téléphonique local prit vraiment de l'ampleur.

 

De 1897 jusqu’à 1960… Le commutateur STROWGER a été le système le plus répandu dans le monde.

 

En 1913, la France importa un central STROWGER de 9000 lignes, qui fût aussitôt installé pour expérimentation à Nice… Le dernier central de ce type fut démonté à Bordeaux en 1979 !

 

En effet, dans les années 1960 les progrès de l'électronique ont permis une approche radicalement différente et qui n'a pas fini d’évoluer.

 

Avec l’électronique, le central convertit dès son entrée, le signal de la parole en une suite de valeurs numériques, qui représentent les amplitudes de ce signal que l’on dit « analogique » à des instants successifs ou instants d'échantillonnage, régulièrement espacés dans le temps.

 

A l’instar de STROWGER, et pendant le même temps « WESTERN ELECTRIC » mettait au point un modèle de combinés automatique avec cadran pour composer le Numéro de l’abonné…

 

33 - cadran automatique.jpg   34 - 150-candlestick-md.jpg   34 - cadran automatique.jpg
Le tout premier cadran automatique (à gauche) puis rotatif sur les modèles Thomson-Houston à cornet. 

 

Et, bien entendu, parallèlement, « Western Electric » imagine son propre commutateur automatique qu’il baptise « PANEL » pour équiper les centraux téléphoniques correspondants qui deviennent automatisés tout en s’adaptant aux différents autres systèmes !

 

En France (et aussi en Europe), le système Américain « PANEL » a été amélioré dès 1910 par « BELL LABS » qui a proposé son propre système baptisé « ROTARY » beaucoup plus souple et rapide.

 

Le système français de type pas-à-pas est un hybride qui s'inspire à la fois des systèmes « ROTARY » et « STROWGER ». Il est de surcroît simplifié à l'extrême pour être le moins coûteux possible.

 

Le 9 avril 1924, la Compagnie des Téléphones Thomson-Houston rachète alors le brevet de ce système à son concepteur M. BARNAY.

 

Dès l’après-guerre en France, il est adopté pour interconnecter les différents bureaux de poste d'une ville ou d'une zone d'appel locale.

 

30 - commutateur Rotary 260 x 350.jpg   31 - commutateur Rotary 260 x 350.jpg


De véritables bijoux de technologie… Ce dont vous vous rendrez compte avec la petite vidéo de 1 minute qui suit !

 


 

 

Rapidement on va construire des postes téléphoniques non plus en bois comme ceux du Français PICART-LEBAS à magnéto puis à cadran capable de desservir plusieurs postes. 

 

39 - 1 - PICART LEBAS 1910 à 3 lignes 8 postes.JPG   38 - telephone-picart-lebas 1920 magneto_66078324L 350 x 350.jpg


39 - Tele mobile bois.jpg

Puis le combiné automatique s’améliore quant à son efficacité et son esthétique grâce à l’utilisation, entre autres, du fer, du maillechort et de la bakélite.

 

32 - s-l400.jpg

 

Le premier combiné à cadran 100% français est conçu par les ateliers des Postes et Télécommunications en mai 1923 par l’ingénieur BARNAY, qui a déposé à Paris un brevet pour « un système rotatif de commutation automatique » qui est délivrée 24 janvier 1924.

 

Il débouche sur « le combiné mobile automatique » français équipé d’un cadran rotatif qui prends également en compte l’alphanumérique puisque la plupart des Commutateurs téléphoniques français et les numéros des abonnés sont affublés, en préfixe, du nom de leur emplacement (ville, quartier ou rue).

 

29 - Lalande 61-91 PTT 1924 350 x 350.jpg

Modèle « PTT 1924 »

 

29 - PTT 1924 350 x 240.JPG

 

 

En 1928, lorsque les numéros d'abonnés vont pouvoir se connecter automatiquement, avec l'augmentation du nombre d'abonnés, on voit apparaître des numéros à 7 caractères dont les 3 premiers sont les trois lettres capitales des « initiales en gras » du nom du central téléphonique (et le reste demeure en minuscules maigres qui n'ont pas besoin d'être utilisées - par exemple « ANJou » ou « PASsy ») suivi de 2 groupes de 2 caractères numériques allant donc du numéro 00 00 au numéro 99 99 qui est le numéro propre à l’abonné sur ledit central.

 

Qui ne se souvient de la publicité au cinéma dont le concepteur était « Jean-Mineur Publicité »?

 

Il faisait sa propre promotion en annonçant son N° de téléphone comme le 1er Numéro de Paris : « BALzac 00 01 »; la petite vidéo de 30 secondes qui suit vous rappellera les bons souvenirs des « bonbons, caramels, esquimaux, chocolats » !

 


 

C'était autrement plus romantique d'appeler « PASsy 21-31 » que le « 727-21-31 » et on avait ainsi un bon moyen mnémotechnique de retenir le numéro de ses petites amies ! 

 

Quoique... des expériences ont prouvé que le cerveau humain était capable de retenir facilement des séries de 10 chiffres. Faites l'essai; lorsqu'il y a 11 chiffres dans un numéro, il est beaucoup plus difficile de ne pas faire d'erreur, à moins de les associer par groupe de trois ! 33 607 871 699 au lieu de 33 6 07 87 16 99 !

 

Et le cadran rotatif s'est imposé de façon internationale à l'instar de ces deux-là :

 

43 - Cadran_Téléphonique 1923 (PTT_France).jpg   29 - Cadran_Téléphonique_Modèle_Administratif_1927_avec_Disque_d'Appel_Normalisé_En_Laiton_Nickelé_(PTT_France).jpg

 

Puis, petit à petit, ces numéros seront incrémentés d’un caractère supplémentaire au fur et à mesure de l’agrandissement des centraux passant de 7 à 8 caractères pour atteindre les 10 voire 11 caractères numériques dont nous nous servons aujourd’hui !

 

Et les postes mobiles ne cesseront de s’améliorer petit à petit, bien que, hors Paris et des grandes métropoles, la province soit restée longtemps à la traine, puisque l'on a continué, jusqu'aux environs des années 1950, à se servir de centraux téléphoniques manuels pour des raisons de coût.

 

Ainsi je vous ai signalé que le bureau du service des mines de mon père avait comme numéro le « 24 à Manosque » jusqu'en 1956 !

 

Il fonctionnait encore de façon manuelle ! Et comme dans les années 60 il existait encore des centraux manuels, ERICSSON avait d'ailleurs dû mettre au point un combiné spécial « à levier » à la place des combinés à manivelle en bois qui avaient près de 50 ans en utilisant la carcasse des combinés ERICSSON à cadran rotatif en bakélite noire imaginés pour les commutateurs automatiques.

 

 

59 - Ancien-Téléphone-à-Levier-en-Bakélite-noire.jpg   60 - ERICSON U 1943 remplace PTT 1924.jpg
Téléphones « ERICSSON » fabriqués à Colombes en 1943 avec levier et avec cadran

 

72 - U43 ivoire de la SF ERICSSON de 1943 (réseau RTC stoppera en 2022.JPG

Téléphone « ERICSSON » : Petit-à-petit, le modèle se modernise et change d'aspect 

60 - Ericsson mural modèle Circa 1950.jpg
Le téléphone « ERICSSON » fabriqués à Colombes en 1943 version murale avec cadran

 

Puis au cours des « trente glorieuses », nos fonctionnaires des PTT ont soudain débordé d'imagination d'abord avec les modèles SO.CO.TEL uniformément noirs qui sont devenus gris ton-sur-ton puis de toutes les couleurs !

 

Le poste le plus largement fabriqué et utilisé en France restera le « S 63 ». Il tient son nom de l'abréviation SO.CO.TEL (Société des Constructeurs de Téléphone) et de sa date de conception, 1963.

 

C'est un poste de fabrication moderne : châssis et coque en plastique injecté, circuit imprimé recevant tous les composants électroniques, sonnerie intégrée à volume réglable. La première version est fabriquée en couleur grise.

 

Il est par la suite décliné en bleu, en marron, en rouge et en couleur ivoire. On lui adjoint dès 1981 un clavier à numérotation décimale, puis un clavier multifréquence.

 

Utilisée sur les premiers centraux électroniques, il possède les dernières innovations techniques : régulation automatique du courant de ligne, anti-surtension pour l'écouteur, possibilité de connecter plusieurs postes en parallèle. C'est aussi avec le « S 63 » qu'apparaît la prise gigogne.

  

 

62 - Socotel S 63 Tel analogique standard 350 x 240.jpg   62 - Socotel S 63 verrouillé 350 x 240.jpg
Modèles « SOCOTEL » 1963 standard à cadran rotatif.

Pour les inconscients comme moi, mes parents le verrouillaient avec un cadenas !

 

61 - Socotel 63 multicolore.JPG

 Le modèle « SO.CO.TEL S 63» standard à cadran rotatif se décline dans toutes les couleurs…

 

62 - Socotel S 63 Tel analogique version mural 350 x 240.jpg

Modèles « SO.CO.TEL S 63» version murale à cadran rotatif

 

61 - Socotel 63 orange.jpg   61 - Socotel 63 bicolore 350 x 240.jpg
Modèles « SOCOTEL » 1963 à cadran rotatif de couleur puis bicolore…

 

Et les designers suédois se sont défoulés avec le nouvel Ericsson « ERICOFON - conçu pour les dames » 1956 à 1976 (ERI, pour ERIcsson, CO, pour Compagnie et FON, pour teleFON).

 

66 - Ericsson Suèdes Ericofon blanc 1956 350 x 260.jpg   66 - Ericsson suèdois Ericofon couleur 1976 350 x 260.jpg

 Et les designers suédois se sont défoulés avec le nouvel « ERICOFON » 1956 à 1976

  

68 - Canadien Northen Electric CONTEMPRA 1968 350 x 240.jpg   57 - 1 - Canadien Northen Electric CONTEMPRA 1968 orange 350 x 240.jpg

Modèle « Northen Electric » Canadien CONTEMPRA 1968  

 

57 - 2 - TELIC d'ATELIER T43 1960.jpg
  
Modèle TELIC P23 spécialement conçu en acier pour les ateliers

 

64 - ITT telephone Cortelco 68 350 x 250.jpg   64 - 1968 ITT CORTELCO S 63 Tel à touches blanc 350 x 250.JPG
Ou le plus professionnel Modèles « ITT CORTELCO » 1968 à touches

 

64 - Socotel S 63 Tel à touches blanc 350 x 260.jpg   63 - Socotel S 63 Tel à touches 350 x 260.jpg

Modèle « SO.CO.TEL » à touches ivoire puis bicolore

 

65 - Telic 75 à cadran.jpg   64 - Telic 75 à touchesTel Salvesen.JPG
Modèle « TÉLIC » 1975 fabriqué par ALCATEL à Strasbourg (cadran rotatif puis à touches)

  

64 - 2 - HPF CONFIDENT IVOIRE 240 x 350.JPG   74 - HPF CONFIDENT IVOIRE 240 x 350.JPG

Modèles « HPF ASCOM » CONFIDENT 1980 simple et pro fabriqué à Bonneville en Haute Savoie

 

 71 - LADY 1986 HPF 350 x 240.jpg   66 - LADY 1986 HPF 350 x 240 (2).jpg
Modèle « HPF ASCOM » LADY 1980 fabriqué à Bonneville en Haute Savoie

 

67 - LADY 1986 HPF 350 x 240 Rouge.jpg   68 - HPF LADY Marine 350 x 240 (2).jpg
Modèle « HPF ASCOM » LADY 1986

 

 74 - HPF ASCOM TELIC TT284 1980 350 x 240.JPG

Modèle ASCOM « HPF TELIC » TT284 1980

 

  75 - MATRA COMMUNICATION CORUS 1986.JPG

Modèle MATRA Communication « CHORUS » 1986

 

72 - depaepe-hd2000-clavier-rouge 240 x 350.JPG   73 - 1 - depaepe-hd2000-clavier blanc.JPG

Modèle DEPAEPE à clavier 2000

 

Puis Siemens met au point depuis les années 2000 des téléphones pour la bureautique de plus en plus perfectionnés avec sa série « TIPTEL Ergophone », avec agenda intégré, répondeur-enregistreur et même connexion informatique.

 

 

  73 - 2 - SIEMENS TIPTEL ERGOPHONE.JPG   73 - 3 - SIEMENS TIPTEL ERGOPHONE.jpg

Modèle SIEMENS « TIPTEL » à touches

 

Enfin, petit-à-petit, exit les téléphones combinés analogiques dans les années 1990 qui ont peu à peu cédé la place aux combinés portables sur base fixe « DECT » qui se sont rapidement succédés en 30 ans offrant jusqu’à 6 postes secondaires complémentaires.

 

La technologie « DECT » a en effet été créée dans les années 1990 : elle utilise les ondes radios pour transmettre les communications entre un téléphone sans fil et sa base.

 

L'acronyme DECT signifie « Digital Enhanced Cordless Telecomunications », autrement dit « téléphone sans fil numérique amélioré ».

 

Tous les fabricants se sont lancés sur ce nouveau marché du téléphone fixe radio mobile et on a vu apparaître des modèles de plus en plus performant… Le top en 2021 étant « l’Alcatel LUCENT 8262 » !

 

Toutefois, si l’on considère seulement le progrès… attirons donc l’attention de nos lecteurs sur la dangerosité de cette technique DECT, car elle représente l’arme de stress massif en nous imposant une très haute fréquence de 1,8 GHz (soit plus de 3 milliards d’alternances par seconde !) en ce qui concerne les ondes radio que ces téléphones émettent !

 

75 - PANASONIC DECT 350 x 300.jpg76 - gigaset-as470a-noir-telephone-dect-repondeur 350 x 300.jpg
Le « PANASONIC » TG8622 et le « GIGASET » AS470 
 

77 - DECT AT&T 6.0 (EL52203) 2020.jpg
Le « AT&T » 6.0 EL52203

 

76 - 1 - ISDN-Telefon_Sinus_720_Komfort-4597.jpg   76 - 2 - ISDN-Telefon_Sinus_A 206 720_Komfort-4597.JPG

Modèles allemands « SINUS CONFORT »

 

78 - Alcatel LUCENT.JPG79 - Alcatel Lucent Dect 8262.JPG
 Les « ALCATEL LUCENT » D285 et le top des Top le 8262

 

Toutefois, avant de nous lancer sur l'histoire de l'avènement du « portable Smartphone » que vous retrouverez plus avant, revenons un peu en arrière… depuis le début de la démocratisation de l’usage du téléphone jusqu'à la fin de ce XXème siècle qui fut riche en innovations.

 

Dans l’immédiat après-guerre, l’engouement du téléphone en France fut tel que l’opérateur public unique qu’était l’administration des PTT, il fallait encore patienter plusieurs mois pour obtenir un abonnement téléphonique !

 

C’est ce qu’essaya de palier la mise en place des cabines téléphoniques publiques.

 

LES CABINES PUBLIQUES

 

 40 - Plaque busnes 350 x 270.jpg   40 Plaque Cabine Pub 350 x 270.jpg

Les premières cabines téléphoniques publiques furent installées dès 1884 dans 82 bureaux de postes et télégraphes de Paris et dans 77 villes de province. Ce service s'est ouvert au public le 1er janvier 1885.

 

40 - Cabine publique Paris 1884.jpg      41 - cabine-telephonique-1900.jpg   41 - Cabine publique.jpg

Gravure montrant la toute 1ère cabine téléphonique publique 1884, puis 1904 et 1940…

Jusque-là elles étaient à l’intérieur des bureaux de poste et n’étaient pas automatisées.

 

Puis on les a installées à l’extérieur un peu partout mais ces cabines publiques automatisées nécessitaient d’être utilisées avec de la monnaie ce qui engendrait des coûts de gestion assez élevés puisqu’il fallait régulièrement y prélever la recette et qu’elles étaient une proie facile pour des vandales !

 

 cab auto 7 350 x 240.jpg   cab auto 10 240 x 179.jpg   

 

 

cab auto 8 240 x 240.jpg      cabauto 5.jpg

 

 

Alors, on les a perfectionnées au fil des ans en les rendant complètement transparentes mais surtout automatiques en utilisant des systèmes d'encaissement des communications par cartes à puces jetables que l’on achetait dans les bureaux de postes ou de tabac.

 

42 - cab publique.jpg   44 cab auto 3.jpg   43 - cabauto 6 240 x 350.jpg


44 - cab auto 11 179 x 240.jpg   45 - Cab auto 300 x 220.jpg   44 - Cab cartes.jpg

De la machine à sous à cadran rotatif à la machine à cartes téléphoniques à touches... 

 

46 - Télécarte France Télécom 120 U 250 x 140.jpg   47 - Télécarte France Télécom 120 U VERSO 240 x 150.jpg

Cartes téléphoniques à puces

 

Il existait plusieurs modèles de cartes qui comportaient 20, 40 ou 120 unités.

 

Et la mode se lança de collectionner les cartes à puces usagées qui comportaient des publicités car elles étaient quelquefois offertes par les marques en tant qu’objets publicitaires.

 

Pour les rendre attrayantes, l’administration des postes et télécommunications avaient même instauré des plages horaires pendant lesquelles le coût des communications pouvait être réduit jusqu’à 65 % !

 

La France comptait 290.000 cabines téléphoniques en 1996. Leur utilisation n’a malheureusement jamais cessé de baisser, entre 2007 et 2008, le chiffre d'affaires qu'elles ont rapporté avait chuté de 20 % environ chaque année.

 

Pourtant, les Français y restaient attachés, notamment dans les campagnes et chez les plus de 60 ans.

 

Le service universel prévoyait que chaque commune de plus de 1000 habitants devait en posséder une sur son territoire, et une de plus pour chaque tranche de 1500 habitants supplémentaires.

 

Environ 45000 cabines avaient été ainsi subventionnées, les autres devaient, elles, être rentables. Autant dire que le dossier était surveillé par les élus locaux qui tenaient à leurs cabines...

 

Mais le progrès a fait abandonner définitivement l’exploitation des cabines publiques, car la vraie révolution qu’était celle de l’avènement du portable était en train de se dérouler sous nos yeux !

 

Dans les années 1970 en effet les inventions se sont succédées. D’abord le téléphone est devenu mobile. Un certain nombre de happy-few pouvaient se faire installer le téléphone dans leur voiture.

 

Dans les années 1990 je m’étais fait plaisir en achetant dans une vente aux enchères publique une voiture de prestige… Une Daimler Jaguar double six (12 cylindres !). Elle était équipée d’un téléphone… dont j'ai profité.

 

51 - tel Daimler Marc.jpg   50 - Daimler.jpg

 

Dans la même période d'évolution, il y a eu également le « Minitel ».

 

92 -TerminalTélételVélizy1980.jpg

 

Le « Minitel » (pour « Médium Interactif par Numérisation d'Information TÉLéphonique ») est un type de terminal informatique destiné à la connexion au service français de Vidéotex baptisé « Télétel », et commercialement exploité en France entre 1980 et 2012.

 

Historiquement, en 1977, un Inspecteur général des finances, Alain MINC, fût invité à faire une grande enquête sur l’informatisation de la société française et son rapport aboutit à la décision de lancer une connexion de terminaux grand public.

 

Jusqu’en 1980 on étudia la question, et il fut décidé de tenter une première expérience à Saint Malo où ont été mis en place 55 terminaux « minitel » chez des particuliers (la Bretagne avait été choisie par la présence de « l’école centrale Supéléc » à Rennes qui s’est prêtée tout naturellement à cette étude dans le cadre de sa recherche).

 

En 1982 les PTT lancent l’annuaire électronique avec comme numéro d’appel le 3611.

 

91 - Minitel_terminal.jpg

 

 

En 1983, Claude PERDRIEL, un homme de presse qui possède plusieurs titres dont Sciences et Avenir, Challenges, Historia et Le Nouvel Observateur lance le « minitel Rose » sous le code « 3615 ULLA ».

 

Dès l’année suivante est lancée une messagerie gratuite sous le code 3613 et dès 1985 un million de familles sont connectées. Le Minitel atteint enfin sa rentabilité en 19909 et en six ans compte plus de 10000 fournisseurs de contenus pour 26000 services actifs.

 

Comme de 1990 à 1998 je ne résidais pas en France à son apogée, puisque le plus clair de mon temps était consacré à mes missions dans l’Ex-Union soviétique je ne l'ai pas beaucoup utilisé… Je l'ai essentiellement utilisé pour quelques informations, les résultats du baccalauréat des enfants et l’annuaire des PTT !

 

Mais comme il était distribué gratuitement par France -Télécom… Nous en avions un à la maison !

 

Au début des années 1990, le Minitel équipait 6,5 millions de foyers. Il dépassait de loin le nombre d'utilisateurs du réseau CompuServe, qui offrait en Amérique du Nord les mêmes services.

 

De 1990 à 1998 je me suis beaucoup servi de CompuServe qui était le fournisseur de services en ligne que la Communauté Européenne et « Tecnitas » l’entreprise pour laquelle je travaillais nous imposait.

 

93 - FAI COMPUSERVE.JPG

 

CIS (ou CompuServe Information Services), était le premier des grands fournisseurs de services en ligne aux États-Unis. Il a dominé le marché pendant les années 1980 et demeure encore un acteur important au milieu des années 1990, avant d'être mis sur la touche par des « FAI » (Fournisseur d’Accès à l’Internet) comme AOL, en utilisant des environnements graphiques.

 

Aujourd’hui la société « COMPUSERVE » agit en tant que « FAI » (Fournisseur d’Accès à l’Internet), appartenant à AOL, mais elle est aussi connue pour avoir mis au point un format d'image numérique très répandu, le GIF, en 1987, ainsi que pour avoir offert le premier service de courrier électronique et d'assistance sur ordinateur personnel au grand public dès 1979.

 

Pendant ce temps dès 1973, un nouveau pas avait été franchi avec la mise sur le marché des premiers vrais téléphones portables individuels !

 

L’AVÈNEMENT DU TÉLÉPHONE PORTABLE

 

L'histoire du téléphone portable est assez simple à décrire, à chaque décennie sa génération désigné par son n° de mise à disposition du public (G = Génération) :

      • La 1G dans les années 80 (avec le réseau Radiocom 2000),
      • La 2G dans les années 90 (avec l'apparition du GSM),
      • La 3G pour les années 2000 (avec l'avènement de l'UMTS).
      • La 4G apparu en 2010 permets de surfer 10 fois plus vite que la 3G avec un débit de 10 à 80 Mbits/s par utilisateur…
      • La 5G qui est en train de se mettre en place en France depuis 2020 va permettre une explosion de services innovants et pour faire court, il n’est que de visionner la vidéo de 3 minutes ci-dessous !

 

 

Contrairement à une idée reçue, le passage d'une génération à une autre ne s'accélère pas.

 

Il est plutôt d'une durée constante et il y a plusieurs raisons à ce phénomène : d'une part la complexité des systèmes augmente exponentiellement d'une génération à une autre et d'autre part chaque génération nécessite l'installation d'antennes relais spécifiques.

 

Cette opération, appelée « déploiement », prend du temps, d’une à plusieurs années à chaque nouvelle génération.

 

Il faut enfin qu'une génération soit utilisée un certain temps, quelques années au moins, pour que le déploiement soit rentabilisé. Chaque génération finance ainsi la suivante, les revenus de la 2G/3G et de la 4G ont financés la 5G.

 

LES ANNÉES 80 ET LES PREMIERS TÉLÉPHONES MOBILES

 

L'idée de pouvoir communiquer tout en se déplaçant est assez ancienne, puisqu'elle remonte à la fin du XIXe siècle avec les travaux de Marconi.

 

Cette idée est tout d'abord appliquée au télégraphe sans fil dans la marine, pour des applications civiles (émission de signaux de détresse) ou militaires (communications avec les bâtiments de guerre en pleine mer, à partir de la Première guerre mondiale).

 

Mais hormis l’expérience tonitruante de Motorola en 1973, il faut cependant attendre le début des années 80 pour voir apparaître les premiers véritables téléphones sans fil.

 

Ah 1973 ! … On venait d’inaugurer le World Trade Center à New-York, le scandale du Watergate éclatait et Nixon démissionnait, Picasso et Neruda s'éteignaient, Salvador Allende aussi, quand les Américains appuyaient, au Chili, le coup d'État du général Pinochet…

 

Cette même année, le 3 avril exactement, dans les rues de New York, un homme muni d'un drôle d'objet effectue devant quelques passants médusés un appel téléphonique qui allait révolutionner le monde des télécommunications.

 

Cet homme, il avait 44 ans, dirigeait un département de recherche chez Motorola… Son nom : Martin COOPER (Il a 92 ans en 2021), et il en est l'heureux pionnier.

 

Il se souvient : « Je marchais dans la rue avec mon téléphone et les New-Yorkais, pourtant déjà à la page, n'en revenaient pas... N'oubliez pas que les téléphones sans fil n'existaient même pas, à l'époque. Alors, vous pensez, le GSM, c'était de la science-fiction. J'ai effectué plusieurs appels, dont un à un présentateur de radio new-yorkais...en traversant la rue. L'un des moments les plus dangereux de ma vie ! »

 

Martin Cooper commence le 3 Avril 1973 un ingénieur senior travaillant pour Motorola.JPG   Dynatac MOTOROLA et Martin Cooper.jpg

 

Martin COOPER en profite ce jour-là pour appeler l'entreprise rivale BELL et leur annoncer leur défaite en appelant son homologue, Joël ENGEL, chargé de la recherche et du développement chez l’opérateur AT&T. « Allo Joel, c’est Marty. Je t’appelle depuis un téléphone portable, un véritable téléphone portable mobile. »

 

Motorola remportait la course des télécommunications. L'appel résumait à lui seul la conquête du secteur et prenait acte de l'invention. Les journalistes ont ensuite fait la file pour tester l'appareil, authentifier l'information et la répandre dans le monde.

 

Martin COOPER a souvent raconté qu'il avait eu l'idée d'inventer le téléphone mobile en voyant le célèbre Capitaine Kirk de la série TV Star Trek.

 

Il devançait du coup l'équipe de recherche concurrente de chez Bell qui travaillait sur le même projet...

 

Ce téléphone était le fruit de 15 années de développement autour de Martin COOPER et plus de 100 millions de dollars en coûts de recherche.

 

Il faut dire qu’en 1973, seules les classes les plus prospères pouvaient assumer le coût d'installation du téléphone dans la voiture et personne n'envisageait alors l'émergence d'une ère nouvelle.

 

Le modèle historique de Martin COOPER mesurait 25 cm de haut, pesait, à l'époque, plus d'un kilo et si sa batterie permettait une heure d’appel, il fallait 10 h pour la recharger !

 

Étrangement, la compagnie attendra dix ans pour commercialiser le tout premier exemplaire de téléphone cellulaire privé, le DynaTAC 2000 X dont le nom provient de « Dynamic Adaptive Total Area Coverage », que les américains ont affublé du nom moqueur de « BRICK PHONE ».

 

Entre-temps, celui-ci avait maigri de 500 grammes pour atteindre le poids plus attractif de 783 g. Lors de sa commercialisation en 1984, il était vendu au prix de 3395 dollars, et il se payait même le luxe d’être disponible en trois coloris : gris sombre, gris et blanc, et blanc clair. 

 

DynaTAC 8000 X.jpg

 

Le DynaTAC suscita la curiosité mais aussi l’enthousiasme du public c’était un vrai défi technologique pour l’époque, mais il ne recevra pas de certification de la part de la FCC (Federal Communications Commission) avant 1983. Paradoxe de l'histoire, c'est grâce à AT&T que le DynaTAC pourra être déployé à l'échelle des USA.

 

La Ste AT&T « American Telephone & Telegraph Company » a été en effet à l'époque le leader américain des télécommunications de tous types : vocales, vidéo, données et Internet pour les particuliers, entreprises ou encore les agences gouvernementales.

 

Ce premier téléphone cellulaire a été le point culminant des efforts entrepris chez BELL, qui a d'abord proposé l'idée d'un système cellulaire en 1947, en collaboration avec les recherches menées par Motorola. Bien que Motorola ait été le précurseur du développement du téléphone cellulaire, au cours des années 1968-1983, la société de BELL travaillait sur un système appelé AMPS, qui est devenu le premier réseau cellulaire aux États-Unis.

 

Et puis, dans les années 1990, la rencontre avec le téléphone portable Motorola : un gros truc ; il était impossible de l'oublier quelque part tellement il était encombrant et lourd…

 

L'abonnement, que j'avais pris chez le seul opérateur français « RADIOCOM 2000 » à l'époque, était hors de prix, mais il m’avait été imposé par mon employeur, le groupement Intermarché, et faisait partie de la panoplie de la direction logistique dont je m’occupais…

 

49 - Radiocom 2000.jpg

Le MOTOROLA qu’utilisait « RADIOCOM 2000 »

 

Puis un autre gros progrès, en attendant que les téléphones portables se démocratisent fut l’apparition des boitiers « Bipeurs TAM-TAM, TATOO et ALPHAPAGE ».

 

84 TATOO.jpg   81 - tam-tam.jpg

Bipeurs « TATOO » et « TAM-TAM »

 

83 - pagers-alphapage.jpg

Bipeur « ALPHAPAGE »

  

Le principe consistait à appeler un téléopérateur pour lui dicter le message qu’il devait ensuite écrire sur un ordinateur et envoyer sur le numéro qu’on lui avait mentionné.

 

Celui qui recevait le message n’avait pas d’autre choix éventuellement que de rappeler l’expéditeur du message depuis une cabine téléphonique.

 

Je me souviens particulièrement de cette époque car ma fille Juliette, alors étudiante en communication, s’était fait embaucher comme téléopératrice par Bouygues-Télécom à Saint Quentin-en-Yvelines où était le siège pour se faire de l’argent de poche !

 

La durée de vie des bipeurs n’a pas duré longtemps arrêtée brutalement par l’arrivée des téléphones portables et les SMS. Je me souviens qu’il y avait beaucoup de polémique autour des bipeurs.

 

Les bipeurs étaient considérés comme un bon instrument de contact pour les dealers de drogue et autres chefs de bandes...

 

Le Tam-tam de CEGETEL est sorti en 1995 et les publicités TV étaient vraiment rigolotes : Cliquer ici  pour en voir quelques-unes sur le site de l'INA !

 

Les derniers bippers terminaux ont été vendus en 1998 et le service arrêté en 1999.

 

Cegetel a ensuite favorisé la migration vers son service de téléphonie mobile SFR Cegetel.

 

A l’instar de leur concurrent « TATOO », le « TAM-TAM » de Cegetel, « l’ALPHAPAGE » de France-Télécom était plutôt un « bipeur » pour les plus âgés, et les pros.

 

C’est qu’ils coûtaient plus cher aussi, 1000 francs au lieu de 400 francs pour un « TATOO ». Mais ils pouvaient afficher plusieurs lignes de texte (4 lignes), ce qui permettait un confort de lecture non négligeable.

 

À l’époque, le coût du message était de 4,22 francs sur « TAM-TAM » et « ALPHAPAGE » mais de 3,71 francs sur « TATOO »; coût justifié par l'intervention du téléopérateur qui devait encoder sur un ordinateur le numéro du récepteur et le texte que lui adressait l'émetteur avant de le basculer sur le numéro du bipeur récepteur.

 

Dès 1998 est sorti le « BI-BOP »… Un presque téléphone portable.

 

88 - BIBOP.jpg   80 BI-BOP.jpg

C’en était un, mais il fallait être à proximité à moins de 10 m d’une borne de connexion pour pouvoir s’en servir.

 

Les bornes de connexion « BI-BOP » étaient facilement repérables dans les rues grâce à des autocollants munis de trois traits horizontaux de couleur  de couleur bleu-blanc-vert placés sur les descentes de gouttières ou les mats des poteaux indicateurs…

 

Quant aux bornes ou aux kiosques à journaux, il suffisait de s’en approcher pour pouvoir se connecter au réseau téléphonique.

 

113 - 1 - Repère bibop.jpg   113 - 2 - Bi-Bop 2.jpg   114 - 1 - Repère bibop.jpg

 

Lancé au départ uniquement dans l’Est, à Strasbourg en 1990, il n’arrive à Paris et à Lille que deux ans plus tard.

 


 

Hélas, l’engouement n’est pas vraiment au rendez-vous : alors que France-Télécom prévoyait 500000 abonnés en 1995, l’opérateur n’enregistre que 46000 utilisateurs lors de la fermeture du réseau en 1997.

 

Il est vrai que le premier « vrai téléphone mobile » populaire est présenté au « COMDEX » le salon informatique annuel de Las Vegas dès novembre 1992 : IBM sort « SIMON » (qui tire son nom du jeu « Jacques a dit… » qui en anglais se traduit par « SIMON Says »).

 

C’est bien le premier smartphone qu’IBM nomme le « SPC » (pour « SIMON PERSONNAL COMMUNICATOR »).

 

À l’époque, il est considéré comme un vrai bijou technologique car c’est un téléphone portable rechargeable à écran tactile qui permet d’envoyer des e-mails et qui tient dans la poche contrairement au « BRICK-PHONE MOTOROLA » de Martin COOPER.

 

114 - 2 - IBM SIMON 1992.JPG

 

 

En 1996, le Suédois NOKIA met en vente le « COMMUNICATOR 9000 », un portable à clapet qui s’apparente à un organiseur électronique.

 

 115 - NOKIA COMMUNICATOR 9000.JPG

Le « NOKIA COMMUTATOR 9000 » 

 

Puis après quelques essais peu probants de Sony avec son petit « Z1 » équipé d’un bras à déplier pour le micro, et Ericsson et son « T10S » avec un clapet pour le micro :

 

118 - 4 - sony-cmd-z1- 260 x 350.jpg   118 - 5 - ERICSSON T10S.jpg
Modèle « SONY Z 1 » et « l’ERICSSON T 10S ».

 

L’entreprise japonaise « SHARP » sort alors son modèle « J-SHO4 », dans lequel il a intégré un appareil photo qui présente une définition de… 110000 pixels (Il faut savoir qu’aujourd’hui, les smartphones récents proposent une résolution d’environ 40 Méga (40 millions de pixels), soit 363 fois supérieure !)

 116 - 1 - SHARP J-SHO4.jpg

C’est ensuite le Suédois NOKIA qui remporte un franc succès avec son petit « Dumbphone NOKIA 3310 » (autrement dit, téléphone idiot parce qu’il ne sait que recevoir et donner des appels téléphoniques).

 

 118 - 0 - nokia-3310 180 x 350.jpg   118 - 1 - Nokia 5210 180 x 350.jpg

 

Le légendaire « NOKIA 3310 » suivi de peu par le NOKIA 5210 avec appareil photo et MP3

 

Ce NOKIA 3310 est tout de même devenu légendaire par sa robustesse et sa popularité, car pour plaire aux jeunes, NOKIA le décline de toutes les couleurs et y intègre le jeu « Snake » un petit serpent qui se mord la queue, puis avec son modèle « 5210 », il va rapidement l’enrichir d’un appareil photo 2 mégas (2 millions de pixels) et un lecteur de musique MP3 !

 

Puis SHARP sort toute une série de petits téléphones à clapet, bien pratiques car ils tiennent dans le creux de la main, le clapet contenant le micro !

 

 116 - 2 - Generation de Sharp GX 30 902 25.JPG

 

Puis tous les autres l’imitent en sortant des petits téléphones a volet rabattable dont MOTOROLA avec son « StarTac » suivi du « RAZR », puis

 

 

  117 - motorola-startac-413x535.jpg   118 - 2 - MOTOROLA RAZR 2019 240 x 350.jpg
Modèle Motorola « StarTAC » 1996 puis son successeur à clapet RAZR 20 ans après.

 

Il a fallu attendre 2002 pour que le nombre d’abonnements « mobiles » dépasse celui des « lignes fixes » au niveau national. Pour 100 habitants, on compte alors 18 abonnements aux lignes mobiles, contre 17 abonnements aux lignes fixes.

 

Puis, au fil des ans, les téléphones intègrent de plus en plus de fonctionnalités, et ils deviennent de véritables outils multimédias qui se sont adaptés aux outils « Microsoft » avec leur système d’exploitation nommé « Android ».  

 

En 2007, c’est l’année où l’histoire du Smartphone prend un tournant exceptionnel. Dès le lancement du « iPhone » d’Apple, le succès est immédiat : il est vendu à plus de 6 millions d’exemplaires, et le taux d’équipement bondit à 51 abonnements aux lignes mobiles pour 100 habitants en une année !

 

 120 - 2 - iphone 2G (2007).JPG

L’iPhone 2 G, le 1er Smartphone imaginé par Apple…

 

« L’iPhone » est un smartphone au design futuriste proposant un clavier tactile et fonctionnant en 2G qui allie performance, fonctionnalités, plein d’options, avec une finition irréprochable aux bouts arrondis et aux lignes épurées, doté d’un grand écran tactile, et qui fonctionne sous « iOS » … (je vous en parle plus avant) et dès son lancement il intègre également la quasi-totalité des fameuses « applications », tant prisées sur les Smartphones « Android » qui font d’ailleurs leur particularité.

 

Je ne vais pas vous la faire longue à propos de l’iPhone, car on trouve son historique un peu partout sur la toile, mais depuis la date de son lancement en 2007 jusqu’en 2021 avec l’iPhone 12 pro les choses on pas mal évolué… son prix itou, puisqu’il se situe aujourd’hui aux environs de 1049 €.

 

À votre avis, cela en vaut-il la peine quand on pense qu’on peut trouver sur le marché de l’occasion ou du reconditionnement des iPhone 8 S pratiquement neufs avec mémoire de 256 Go à seulement 300 € et, pour juste appeler et être appelé il y a toujours chez les revendeurs le tout nouveau « NOKIA bon vieux 5210 de Nokia tout neuf qui vaut 10 fois moins ?

 

 120 - 0 - Nokia 7110 (1999).JPG

 

« L’iPhone » a continué à évoluer avec de nouvelles fonctionnalités et de nouvelles améliorations logicielles. Le modèle de cette année 2021 double encore plus la photographie, apportant la technologie que nous avons déjà éprouvée avec tous les appareils photo des iPhones précédents.

 

L’iPhone 12 Pro fait tout ce qu’il peut pour garantir ce label « Pro ». L’écran est magnifique, la capacité de la caméra professionnelle et, lorsque vous pourrez l’utiliser, puisque la 5G est en cours de développement tout au long de cette année 2021, vous vous rendrez compte que les vitesses de téléchargement avec la 5G, sont ultra rapides.

 

Et cela signifie qu’il y a de nombreuses fonctionnalités que la plupart des utilisateurs n’utiliseront probablement jamais, mais ce n’est pas grave, l’iPhone 12 offre à peu près la même chose que les trois versions précédentes beaucoup moins chères.

 

En ce qui me concerne, après être passé par le premier « Nokia CITYMAN 900 » et le « Nokia 3310 » puis trois générations de « BlackBerry ».

 

J’étais effectivement un fan de « BlackBerry » parce que, naturellement rebelle, je n’avais pas l’impression de passer par les fourches caudines d’une entreprise américaine (« BlackBerry » était Canadien et se servait d’un réseau et d’un système d’exploitation qui lui était propre), j’ai fini par craquer d’abord pour un « Samsung Galaxy Note » puis trois ans après pour « l’iPhone 8+ » d’Apple, le jour où l’entreprise « BlackBerry » a mis la clé sous la porte… Dommage !

 

    120 - 12 - Mobira-Cityman900 Nokia.jpg   123 - NOKIA 3310.JPG   120 - 12 - Samsung Galaxy Note J7.jpg
Mon 1er Nokia « CITYMAN 900 » … Mon 1er « Nokia 3310 » ... Mon 1er « Samsung Galaxy note » …

 

121 - BlackBerry Torch 9800.JPG122 - BlackBerry Torch 9860.JPG
Mes deux premiers BlackBerry…

 

 120 - 10 - iphone 8S (2018).JPG

Mon 1er iPhone « 8 S » (et le dernier muni d’un bouton de mise en route) dont je me sers encore aujourd'hui !

 

De nos jours, les smartphones n’ont plus rien à voir avec leurs ancêtres des années 1990. Pourtant, les mobiles dernière génération deviendront eux aussi totalement dépassés dans quelques années.

 

En effet, les futures innovations de nos smartphones réservent encore de nombreuses surprises : affichage tout écran, écran pliable (Samsung l’a proposé dès 2020 !) qui permettent un, réseau 5G, ou encore mobile sans batterie.

 

131 - Smartphone-pliant-samsung.jpg
Le tout dernier Samsung à écran souple au format de 17cm en diagonale (2020)

Rendez-vous dans quelques années pour faire le bilan !

 


 

 

BIBLIOGRAPHIE

 

J’ai consulté une foultitude de site sur la toile pour retrouver l’ordre chronologique de chacun des modèles dont, pour certains j’ai été amené à capturer les photos, je l’avoue et en particulier l’extraordinaire blog de Jean GODI très complet :

http://jean.godi.free.fr/histoire/index.htm

https://www.uswitch.com/mobiles/guides/history-of-mobile-phones/

https://foreztel.pagesperso-orange.fr/TELEPHONE/COLLECTIONS/COLLECTION.htm#section1

 

Pour les non-initiés quelle différence entre les deux systèmes d’exploitation « Android » et « iOS » ?

 

 130 - ANDROID Versus IOS.JPG

 

 

Depuis leur lancement en 2007, « Android » ainsi que la première version « d’iOS » ont, tous les deux, été conçu pour accompagner les tous premiers pas des smartphones.

 

À l’époque, la principale différence entre eux se trouvait au niveau « philosophie ».

 

Avec « l’iOS », Apple voulait rendre les smartphones fluides et faciles à utiliser. Il a voulu aussi mettre en place un cycle d’innovation dont il veut faire profiter tout son écosystème.

 

« Android », il a vu le jour suite à la décision de Google de se lancer dans cette même aventure mais avec un modèle plus économique.

 

En ce qui concerne Google, contrairement à Apple, son idée n’était pas de produire des smartphones sur lesquels son système d’exploitation allait fonctionner, mais juste de partir à la conquête des fabricants de smartphones afin de les convaincre d’utiliser Android car ce système d’exploitation étant un système « open source » que n’importe qui peut utiliser, les fabricants (comme les utilisateurs) peuvent l’adapter à leurs besoins.

 

L’iPhone ayant été le tout premier smartphone à avoir vu le jour l’iOS a pris de l’avance et Android doit rattraper un retard accumulé durant les premières années d’existence de l’iPhone.

 

A l’heure actuelle, il semble que le système d’exploitation de Google soit sur la bonne voie. D’ailleurs, par rapport à l’iOS, il dispose de nombreux atouts qui font d’Android un système d’exploitation très apprécié du côté des utilisateurs. Ces points forts ont alors été classés en 5 catégories :

 

  • Des smartphones pour tous les budgets et un vaste choix de modèles
  • Tous les services Google sont intégrés dans les smartphones sous Android
  • Un système entièrement personnalisable
  • Google assistant, un compagnon très utile
  • Android, un vrai système multitâche

 

En ce qui concerne « iOS »

 

IOS est un système d’exploitation qu’Apple a développé spécialement pour « l’iPhone », « l’iPad » ou encore « l’iPod touch ».

 

Il se présente comme un écran de démarrage sur lequel sont rassemblées toutes les icônes qui peuvent être défilées de manière horizontale. Tout comme Android, il dispose aussi de divers atouts qu’il met au profit des utilisateurs. Ces atouts sont alors listés ci-après :

  • Une interface plus intuitive
  • Siri, une application très serviable 
  • IOS, un système exclusif qui plait 
  • Des améliorations constantes côté photos et vidéos 

 

Les deux systèmes d’exploitation partagent aussi des points communs.

 

Même si « iOS » et « Android » sont des systèmes d’exploitation différents, ils partagent aussi quelques points communs que chaque utilisateur doit considérer avant de faire le choix d’acheter un nouveau smartphone. Ces points communs résultent surtout de certains emprunts mutuels :

  • Les magasins d’applications : Android et iOS, au fil du temps, se copient afin de toujours améliorer les services offerts au public qui sont devenus équivalents.
  • Appairage bluetooth simplifié : s’il était auparavant une exclusivité des appareils d’Apple, il est désormais disponible sur Android.
  • Des fonctionnements qui se sont beaucoup rapprochés.

 

Au fur et à mesure que la technologie évolue, il faut reconnaître que les deux systèmes d’exploitation tendent à se rapprocher. D’ailleurs, les smartphones sous « Android » et les « iPhone » savent actuellement faire les mêmes choses.

 

Et, même si Android a été le dernier à voir le jour, il a su rattraper son retard. En termes de performances, la différence n’est pas flagrante

 

Toutefois, lorsque vous décidez d’opter pour un smartphone sous Android, assurez-vous de bien choisir le constructeur afin de pouvoir profiter des mises à jour et d’avoir accès aux dernières fonctionnalités proposées ; c’est là un de ses défauts car les fabricants oublient souvent de proposer les mises à jour !

 

Néanmoins, en optant pour un mobile fonctionnant sous Android, vous aurez un vaste choix en ce qui concerne les modèles. Effectivement, il y en a pour tous les budgets et pour toutes les préférences.

A l’heure actuelle, aucune grande différence n’est à soulever entre un smartphone sous Android et un iPhone. Le choix dépend seulement de vos besoins, de vos envies ainsi que de vos aspirations.

 

D’ailleurs, selon les spécialistes, les deux systèmes d’exploitation vont finir par se rejoindre d’autant plus que leurs fonctionnements se rapprochent de plus en plus.

 

 


 

 



02/03/2021
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 103 autres membres