« VIR », OU INSTITUT VAVILOV, « L'ARCHE DE NOÉ DES VÉGÉTAUX »...

 

« ВИР ВАВИЛОВА », INSTITUT VAVILOV,

« L'ARCHE DE NOÉ DES VÉGÉTAUX »

  

 

Pour accompagner cet article, un air de circonstance…

Voici « Czardas », le chef d’œuvre unique du compositeur italien Vittorio Monti

Qu’on identifie souvent par erreur à un compositeur Russe (Elle est en vidéo en fin d'article),

Mais c’est une danse hongroise pratiquée en Ukraine, Slovaquie, Roumanie, Croatie.

Au cas où vous souhaitiez l'arrêter, il suffit de cliquer ci-dessus sur les symboles :

 Arrêt musique.jpg

  

Lors de mon épopée soviétique à la fin de la perestroïka j’ai eu le privilège de visiter à Saint-Pétersbourg, à deux pas de la Cathédrale Saint-Isaac (ce chef d’œuvre bâtis en 1818 par Auguste Ricard de Montferrand un architecte Français) « l'Institut Vavilov », autrefois connu en russe sous le sigle « ВИР Вави́лова » (« Всеросси́йский Институ́т Растениево́дства им. Н. И. Вави́лова » ou « Institut Panrusse des Productions Végétales N. I. Vavilov ») fondé en 1894.

 

C’est aujourd’hui, le Centre Fédéral de Recherche Agronomique Russe, rebaptisé en 2015, « Institut Panrusse des Ressources Génétiques Végétales ».

 

2 - VIR.jpg

 Les 2 bâtiments de l'institut se font face sur la place Saint Isaac, vue de la coupole de la Cathédrale

 

2 - VAVILOV Place St Isaac 660 x 280.jpg

 L'un des deux bâtiments de l'Institut Vavilov sur la place Saint Isaac (on aperçoit la cathédrale sur la gauche)

 

3 - Institut VAVILOV.jpg

L'autre bâtiment qui lui fait face abrite l'Administration de l'institut sur la place Saint Isaac 

 

Lors de ma visite en 1991, « l'Institut Vavilov » possédait une collection de végétaux rassemblant 334000 spécimens de plantes représentant 86 familles, appartenant à 425 genres, et 2102 espèces.

 

Au début du XXe siècle, il abritait parait-il les graines et semences d'environ 345000 variétés végétales, dont 80 % sont uniques au monde. Il est considéré comme la plus ancienne et la quatrième banque de graines du monde.

 

L'institut possédait entre autres, un millier de variétés de fraisiers et une centaine de groseilliers de framboisiers et de cerisiers qui ont permis à des producteurs français de retrouver des variétés que l’uniformité des méthodes de culture avait complètement fait disparaître du marché.

 

C’est, aujourd'hui, l’une des têtes de pont du système bancaire végétal de l’humanité, car depuis le début du XXe siècle, une véritable hécatombe est annoncée : 21 % des espèces végétales sont menacées d’extinction totale !

 

Ces pertes pourraient priver l’humanité de grandes richesses, car les plantes sont non seulement une source de nourriture, de molécules thérapeutiques, mais elles pourraient mettre également en danger tous les écosystèmes...

 

Entre temps, de nombreuses autres banques de graines du même type que l'institut Vavilov se sont créées dans le monde et nous allons les découvrir plus loin, mais dès maintenant l'institut Vavilov a souhaité essaimer lui-même des filiales dans d'autres parties de l'hémisphère pour répartir les risques que nous évoquons plus loin à propos du plus grand coffre-fort de gaines mondial et des changements climatiques inéluctables que notre planète va devoir subir dans les années à venir...

 

Ainsi vient de se créer la première filiale de l'institut dans la banlieue lyonnaise, mais là, la vidéo fort bien faite qui suit (durée : une minute à peine) vous en dira plus que de longs discours ! 

 

 

Par la même occasion profitez-en pour laisser votre ordinateur poursuivre seul le visionnage des vidéos du DGS (ou Daily Geek Show) relayé par Canal + en France, qui semble ne pas devoir être taxé de complotisme comme un certain nombre d'autres sites actuellement en vogue, hélas !

 

 

 

Si vous souhaitez visionner la vidéo officielle du « Svalbard Global Seed Trust », cliquer ici ! 
 
 

Conscients du danger que représente le changement climatique de notre planète, les scientifiques ont su se faire entendre et, fort heureusement, pour les préserver, quelques 1700 autres « banques de graines » ont été créées dans la seconde moitié du XXe siècle.

 

Parmi elles, voici, partant de l’exemple de l’Institut Vavilov, les 12 plus grands « coffres-forts génétiques au monde » actuels, et en regard de chacun le nombre approximatif d'échantillons qu'ils renferment.

 

 6 - CARTE DES 12 plus grandes banques -de graines de la planete.jpg
 

1 - SGSV (ou Svalbard Global Seed Vault - rebaptisé par la Norvège en Global Crop Diversity Trust en 2008) avait en stock 1057151 échantillons au 20/05/2020, 1165141 échantillons à ce jour (17/07/2022).

 

 

Elle est de loin la plus grande banque de graines du monde; créée en 2008 au Spitsberg, l'île principale de l’archipel arctique de Svalbard, appartenant à la Norvège, (situé à 800 Km seulement du Pôle Nord), cette banque est surnommée « l’Arche de Noé végétale ».

 

 

5 - Entrée Svalbard 350 x 245.jpg    6 - Chambre Svalbard 350 x 245.jpg
C'est sur l'archipel de Svalbard, en Norvège, que se trouve la plus grande banque de graines de la planète.

 Jens Büttner/picture alliance via Getty Images et Carte Google Earth.

  

C’est la suite d’une longue histoire, faite de tractations internationales, de conflits d'intérêt entre pays pauvres et pays développés (lesquels entendaient conserver le contrôle des variétés créées chez eux) et d'enlisements des négociations.

 

L'affaire n'a repris sa progression qu'en 2004 quand la FAO est parvenue à faire ratifier par 55 pays le traité international sur les ressources génétiques des plantes.

 

En charge du projet, le ministère norvégien de l'agriculture a retenu, comme à l'aube du projet, en 1983, l'archipel de Svalbard dans le Spitzberg, situé bien au-delà du Cercle Polaire.

 

 

 

10 - Archipel de Svalbard 245 x 350.jpg

 

  

Cette année-là, la Norvège, toujours motivée, relance son initiative. Baptisée « Global Crop Diversity Trust », elle rassemble une centaine de pays qui s'engagent à fournir des semences à conserver, à l'exclusion des OGM.

 

Techniquement, le principe était établi : creuser une cavité profondément enfouie dans le pergélisol (sol perpétuellement gelé) pour y maintenir une température constante de -18 °C, estimée idéale pour la conservation des graines.

 

Les engins ont alors creusé la glace et la terre sur la plus grande île de l'archipel, Spitzberg, à proximité de la capitale, Longyearbyen, par 78° de latitude, à seulement 800 kilomètres du pôle nord.

 

 

L'abri souterrain se trouve à 130 mètres au-dessus du niveau de la mer, une hauteur élevée, qui tient compte de l'élévation prévisible du niveau de la mer dans les décennies à venir (la pire hypothèse prévoit une élévation de 9m d’après la prospective Jancovici - cliquer ici).

 

7 - Entrée de la grotte de svalbard 245 x 350.JPG    8 - Eclaté Svalbard 350x245.jpg

 

9 - couloir d'accès à Svalbard 245 x 580.JPG

  Un couloir de 100 mètres conduit aux trois chambres (croquis par Global Crop Diversity Trust ©.

 

10 - Entrepot Svalbard avant remplissage 245 x 350.jpg    11 - Entrepot Svalbard après remplissage 245 x 350.jpg
Une des 3 chambres avant remplissage, et une allée de la même après remplissage...

 

Cette collection de graines la plus variée au monde se veut un filet de sécurité pour les quelque 1.700 banques de gènes existant sur Terre face aux risques liés aux catastrophes naturelles, aux guerres, au changement climatique, aux maladies ou aux impérities des Hommes.

 

L'entrepôt est la propriété de la Norvège mais les graines appartiennent aux États et institutions dépositaires, lesquels peuvent les récupérer à leur convenance.

 

La réserve mondiale de semences a à ce jour été sollicitée par une seule institution : la banque de gènes de la ville d'Alep ayant été endommagée par le conflit syrien, l'ICARDA (le Centre International de Recherche Agricole dans les zones arides D’Alep) a demandé à récupérer des graines. De ce fait, l'arche contient actuellement 967.216 variétés de graines.

 

Elle peut en accueillir environ 4,5 millions d’échantillons de graines !

 

Conçu pour résister aux désastres, le grenier de la planète a cependant été lui-même victime du réchauffement climatique : l'augmentation des températures dans l'Arctique a entraîné une fonte du pergélisol (sol censé être gelé en permanence) et provoqué une fuite d'eau à l'entrée du tunnel en 2016, sans qu'aucune graine ne soit endommagée.

 


 

 

2 - Fort Collins, Colorado : 620 000 échantillons.

Cette « banque centrale », fondée en 1958 aux Etats-Unis, détient des doubles des graines contenues dans les banques de graines américaines.

 

 

3 - Pékin : 400 000 échantillons.

Cette banque nationale ouverte en 1986 conserve 180 espèces de plantes cultivées et leurs plus proches parentes sauvages.

 

 

4 - New Delhi : 400 000 échantillons.

Cette banque de graines nationale indienne, datant de 1976, abrite majoritairement des variétés locales.

 

  

5 - Saint-Pétersbourg : 325 000 échantillons.

La plus ancienne des banques de graines, l’institut VAVILOV, a été mise en place à la fin du XIXe siècle.

 

 

6 - Tsukuba (Japon) : 225 000 échantillons.

Créée en 1985, cette banque japonaise renferme des graines très diverses : céréales, légumes, fruits, mais aussi arbres et fleurs d’ornement.

 

 

7 - Jeonju (Corée du Sud) : 200 000 échantillons.

La banque de Corée du Sud, née en 2004, se concentre principalement sur les céréales.

 

 

8 - Texcoco (Mexique) : 170 000 échantillons.

Comme son nom l'indique, el Centro internacional de mejoramiento de maíz y trigo (centre international d'amélioration du maïs et du blé), créé en 1963, est dédié uniquement aux variétés de blé et de maïs.

 

 

9 - Alep (Syrie) : 155 000 échantillons.

En raison du conflit, les échantillons du Centre international pour la recherche agricole en zones arides (créé en 1977) sont progressivement transférés au Maroc et au Liban.

 

 

10 - Gatersleben (Allemagne) : 150 000 échantillons.

L’institut allemand qui héberge cette banque depuis 1943 est l’un des spécialistes mondiaux de la génétique des plantes.

 

 

11 - Los Baños (Philippines) : 130 000 échantillons.

Créé en 1960, l'Institut international de recherche sur le riz possède des bureaux dans 17 pays.

 

 

12 - Patancheru (Inde) : 125 000 échantillons.

Depuis 1972, l'Institut international de recherche pour les zones tropicales semi-arides lutte contre la pauvreté et la malnutrition à travers l’amélioration de l’agriculture.

 

 

 


 

JUILLET 2022 : Pardonnez-moi si cet article semble se terminer en queue de poisson !

 

J'étais en fait en relation avec Saskia, une ancienne collaboratrice, qui se proposait de me procurer quelques articles intéressants quant aux travaux de l'institut Vavilov, mais hélas, en mars 2022 toute communication n'est plus possible avec elle à cause de ce que les Russes ne peuvent pas appeler la guerre d'Ukraine sous peine de prison et qu'on les enjoint d'appeler la « dénazification de l'Ukraine » !...   

 

 


 

 

BIBLIOGRAPHIE :

 

Tout d'abord la vidéo de « Czardas », le chef d'œuvre du compositeur italien Vittorio MONTI :

 


 

 

 

 

 



09/06/2022
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 189 autres membres