TECHNIQUES DU QI GONG

  

ours.jpg

L'ours - un symbole du Qi-Gong - est puissant, fort, serein, joyeux...

Il tire sa puissance de sa sérénité et de son calme intérieur... imitons-le !
  
  

Ils sont nombreux ceux de mes amis et de mes connaissances qui me le reconnaissent et me demandent d’où je tiens cette énergie qui me caractérise depuis des années.

 

C’est tout simple…  D'un coté pratique il y a sûrement des gênes et une certaine éducation, mais je pense quant à moi que cela vient aussi d’une pratique pugnace d’un art martial issu de la tradition Chinoise, le « Qi Gong » (prononcer « t’chi kong »).

 

Le « Qi Gong » fait partie de l’ensemble des Arts Martiaux chinois au même titre que le « Kung Fu » ou le « Tai Chi Chuan » ; tous trois vieux de plus de 4000 ans, ces exercices énergétiques sont pratiqués dans le but d’améliorer et de maintenir la santé et la longévité.

 

En simplifiant, le « Qi Gong » pourrait être assimilé à une gymnastique douce traditionnelle d’origine chinoise.

 

« Qi » signifie énergie vitale, essence de vie, force de vie, force qui anime tous les éléments sur terre et dans le ciel… Le « Qi » n’est pas visible, mais il s’écoule dans le corps (méridiens), il est nécessaire à la vie et son action est à la fois perceptible sur le mental, l’esprit et le corps.

 

« Gong » signifie travail, souffle, discipline, méthode. Il consiste à capter l’énergie pour nourrir le corps en la faisant circuler par les méridiens sur lesquels se trouvent les points d’acupuncture.

 

La pratique du « Qi Gong » ne fait pas appel à des connaissances particulières et la seule qualité indispensable pour le pratiquer est la volonté... et la pugnacité !

 

Cette sorte de gymnastique douce se fait à partir d’exercices précis, lents, qui aident le corps à se relaxer et à se concentrer. Par une pratique régulière, tout un chacun découvre rapidement un plus haut niveau d’énergie et de résistance, moins de stress, plus de calme.

 

Les mouvements de cette gymnastique peuvent se pratiquer assis, debout, couché, et ils sont tous accompagnés par un travail du souffle, et de visualisation (en fermant les yeux et en se représentant mentalement une image).

 

Les postures que nous prenons en le pratiquant doivent venir naturellement, sans forcer, sans douleur, et si le mouvement peut être important, c’est le ressenti qui compte : devenir le mouvement, être le mouvement. A savoir que les exercices ne sont pas exécutés, ils sont vécus.

 

Les bienfaits de la pratique régulière des exercices du « Qi Gong » permettent de prévenir l’apparition des maladies, et éventuellement de les soigner.

 

Les exercices améliorent la tenue du dos, la souplesse des membres, et ont une action équilibrante sur les organes internes (qu'il s'agisse du cœur, des poumons, du foie, de la rate ou des reins).

 

Le « Qi Gong » privilégie l’intériorité, la relation avec nous-même, pour mieux se recentrer, se connaître soi-même, apaiser le mental, et bien être dans l’instant.

 

Ouvrez donc votre porte à l’aventure,

c’est le voyage qui compte, pas le but !

 

23 minutes avec Ke Wen, professeur de Qi Gong, pour tout comprendre... 


 

 3 minutes 1/2 pour comprendre l'essentiel des mouvements... 


 

 

Le « Qi Gong » m’a été enseigné à titre bénévole par mon ami et Frère Maître, Jacques BERENGIER, pendant trois ans, dans sa ferme, à Orange où il réunissait une dizaine d’élèves tous les mardis et les jeudis pour leur transmettre ce qu’il avait lui-même découvert, appris et apprécié pendant plusieurs années dans un centre spécialisé à Bourg en Bresse dans l’Ain.

 

Hélas, Jacques nous a quittés, je dirais en pleine forme le 30 janvier 2013 à l’âge de 88 ans. Dans sa ferme il possédait une oliveraie de plus de 300 arbres et pendant l'hiver 2012 je l'ai vu récolter ses olives pour les apporter au moulin à huile, puis entretenir tout seul, désherber, labourer, tailler ses oliviers... Puis de novembre 2012 à janvier 2013, il a dû mener une lutte acharnée contre un cancer des reins qu’il était persuadé pouvoir guérir, mais il n'y est pas parvenu.

 

Immédiatement après sa disparition, sa petite sœur Josette, elle-même adepte du « Qi Gong » et Kinésithérapeute de son métier, nous a annoncé vouloir reprendre le flambeau de son Frère pour poursuivre son œuvre de transmission. J’ai suivi… et j'en suis heureux, entraînant quelques connaissances autour de moi pour leur plus grand bien !

 

Les explications qui suivent m’ont été dictées en partie par Jacques au tout début de mon « apprentissage du Qi Gong » et je peux maintenant affirmer, après sept ans de pratique régulière, qu’il me l’avait fort bien défini. Je me permets donc de reprendre précisément les termes mêmes de ses premières leçons qu’il m’avait fait l’amitié de me donner à moi tout seul pour rattraper le retard !

 

Voici ce que m’en avait dit Jacques : le « Qi Gong » est d’inspiration taoïste et il est pratiqué en Chine depuis un peu plus de deux millénaires. Sa traduction simplifiée que j’ai donnée plus haut pourrait être « travail de l’énergie vitale – art du souffle ».

 

Il est élaboré selon les principes d’harmonisation du Yin et du Yang et, par là, autorise une réconciliation patiente et dynamique du corps et de l’esprit en mettant fin à la dualité délétère trop souvent entretenue par notre façon de vivre dans nos sociétés modernes.

 

Le « Qi Gong » est « une méditation en mouvement », c'est également une voie d'accès dans une relation avec l'intérieur, un savoir populaire dont nous partageons les connaissances.

 

Le « Qi Gong » favorise la santé car il est basé sur la coordination entre mouvements, respiration et sensations. Son but permet de rétablir une circulation harmonieuse de l'énergie dans les membres, les méridiens d'acupuncture et nos organes par le biais de postures, de mouvements effectués en coordination avec la respiration.

 

Il s'agit, avant tout, d'une pratique corporelle qui permet d'atteindre et d'entretenir un certain bien-être ainsi qu'un rééquilibrage général :

  • Physique : par des postures et des mouvements contrôlés.
  • Emotionnel : par le travail respiratoire permettant de retrouver le calme intérieur.
  • Energétique : par la circulation et l'harmonisation de l'énergie.
  • Psychique et Spirituel : par la méditation et la compréhension du vécu de la pensée traditionnelle chinoise.

 

C’est un ensemble de mouvements lents qui sont capables de procurer du bien-être et de la sérénité, de prévenir les maladies, d'améliorer la santé de façon globale avec une efficacité évidente. A ces mouvements viennent s'ajouter des postures debout immobiles et des exercices subtils en position assise.

 

Pratiqué régulièrement, ils rétablissent la santé lorsque celle-ci est défaillante, ils l'embellissent, donnant souplesse à notre corps et nous prémunissent contre les maladies en renforçant notre immunité.

 

Ces mouvements procurent aussi de la détente, du calme. Ils éveillent l'esprit à une autre façon de percevoir le monde. Pour les personnes âgées, ils permettent de réhabiliter le corps et lui restituer de la souplesse, d'améliorer les raideurs, les ankyloses, sans effort, sans danger et sans s'ennuyer.

 

Si de nombreuses études s’accordent à reconnaître les bienfaits de sa pratique régulière (adaptation au stress, prévention de l’insomnie, hypertension, maladies cardio-vasculaires) la pratique du « Qi Gong », accessible à tous et à tous âges, est avant tout, pour le pratiquant, l’occasion d’un retour sur soi et d’une parenthèse hors du temps favorisant la souplesse, la vitalité, l’équilibre émotionnel et l’ouverture d’esprit.

 

A la base du « Qi Gong », il y a trois principes :

 

1) Le souffle, vecteur d'une relation divine, qui renferme trois énergies majeures : L'Esprit - La Force Vitale - L'Ame.

 

Ces trois énergies donnent une dimension spirituelle à l'air, principe intermédiaire entre le ciel et la terre. Le Souffle (inspiration - expiration) est un principe céleste actif – « Yang » :

Dieu crée en inspirant

Dieu crée en expirant

L'inspiration vient de l'infini vers nous, l’expiration va de nous vers l'infini ; et l'esprit divin, « pneumati » en grec, accompagne toujours cette expérience du souffle.

 

2) Le Mouvement, il s'exécute avec lenteur et calme, certains feront même appel à l'immobilité totale. Pas d'attitude du corps rigide ; les postures doivent venir naturellement. Chacun prend la position la plus confortable pour lui, même assis sur une chaise, si la position classique ne lui semble pas confortable si l’on manque de souplesse au début, à savoir, assis sur le sol sur un coussin rond ou un petit banc de 10 cm maximum de hauteur posé sur un petit tapis de prière d’un mètre carré ou un tapis de gymnastique en caoutchouc mousse afin de s’isoler du sol et de la froidure d’un carrelage ou de la terre si on le pratique à l’extérieur, les jambes repliées de chaque coté du coussin, avec les pieds non repliés dans leur position naturelle et les bras tombant, les mains posées naturellement sur les cuisses. Rien ne fait appel à des connaissances.

 

Il convient de toujours privilégier l'intériorité. Comme déjà dit plus haut, les exercices ne sont pas exécutés ils sont « vécus », de façon à vivre avec eux pendant et après leur réalisation !

 

La pratique du « Qi Gong » nous donne des outils d'autonomie pour réparer nos propres blessures et nous permet ensuite de faire notre chemin !

 

3) La visualisation, il convient en permanence de visualiser le mouvement dans sa tête de telle façon qu’il devienne un automatisme pour libérer l’esprit.

 

 

1ère leçon : les mouvements de base

 

1 - Avant de débuter une séance, chaque élève doit s’installer confortablement, à savoir, s’asseoir par terre, genoux repliés sur les cotés, comme décrit dans le principe du mouvement ci-dessus, et « faire le vide » dans son esprit ; la meilleure attitude pour cela étant de fermer les yeux et de poser les deux mains de chaque coté sur ses mollets pendant cinq minutes en attendant que tous les élèves soient installés, et essayer de ne plus réfléchir à quoi que ce soit.

 

Dans certains cas, le Maître, pour nous y aider, signale le début de la séance par un coup de gong en bronze dont on va attendre de ne plus entendre aucune vibration pour démarrer…

 

Cela peut durer de deux à trois minutes ! Voici un gong identique à celui qu'utilisait Jacques :

 

 

Ensuite, nous entamons la séance pratiquement toujours de la même façon, afin de maîtriser totalement sa respiration et se charger d’énergie. Pour cela, le premier mouvement à réaliser est tout simple…

 

2 - En expirant, nous joignons nos mains devant la poitrine comme pour prier, tête droite regardant droit devant soi et nous allons tendre lentement les bras vers le sol, toujours les mains jointes jusqu’à ne plus avoir d’air dans les poumons. Puis, nous allons lever les bras tendus, mains jointes jusqu’au dessus de la tête en inspirant lentement pour revenir dans la position de départ en repliant et abaissant les coudes de chaque coté du corps. Ce mouvement est à reproduire au moins trois fois, l'idéal étant 3 x 3 (comme souvent les mouvements du « Qi Gong »).

 

Après quoi, toujours les mains jointes dans la même attitude de départ que pour le mouvement précédent, nous allons tourner la tête (par exemple vers la gauche) lentement, en même temps que nous déplaçons nos deux mains toujours jointes du coté opposé à la tête (vers la droite) et en expirant tout l’air des poumons, puis il faut reprendre une inspiration en ramenant main et tête dans la position de départ et nous refaisons exactement le même geste en sens contraire en tournant la tête vers la droite cette fois, et en tournant les mains jointes vers la gauche. Ce mouvement est à reproduire au moins trois fois également, voire 3 x 3.

 

3 - Toujours dans l’attitude du mouvement précédent, mais jointes devant la poitrine, nous allons faire exactement le même mouvement sur le coté opposé à celui de la rotation de la tête mais en séparant ses mains et en tournant les paumes vers l’extérieur jusqu’à tendre les bras. 

 

 

2ème leçon portant sur les figures classiques des 5 éléments : 

 

Ils sont l'Eau, le Bois, le Feu, la Terre, le Métal...

Les 5 éléments mettent directement en relation la posture, le mouvement, l’intention, les mobilisations organiques, les saisons, etc. :

 

1 - L’Eau

Sa saison, l’hiver : « Maintenir et conserver »

« L’eau mouille, descend et devient salée. Ce faisant elle agit sur les reins et les os. »

« sous l’influence d’un mouvement, l’eau dissout et transperce. »
L’Eau dissout en interne et transperce en externe.


2 - Le Bois

Sa saison, le printemps : « Jaillir et développer »

« Le bois se courbe et se redresse en poussant. Il prend la saveur aigre et agit sur le foie, la vue et les muscles. ».

« sous l’influence d’un mouvement, le bois projette. »

le Bois régénère en interne et projette en externe.


3 - Le Feu

Sa saison, l’été : « Gravir et contempler »

« Le feu monte et se disperse, brûle et prend une saveur amère. Ce faisant, il agit sur le cœur et sur la circulation du sang et de la chaleur. »

« sous l’influence d’un mouvement, le feu opère une sublimation et une explosion. »

le Feu sublime en interne et explose en externe.


4 - La Terre

Sa saison, l’intersaison : « Nourrir et recentrer »

« La terre reçoit les semences, donne les récoltes et engendre une saveur douce qui est en relation avec la rate et l’équilibre. »

« sous l’influence d’un mouvement, la terre produit et contre. »

la Terre produit en interne et contre (contre-attaque) en externe.


5 - Le Métal

L’automne : «  Construire et égaliser » 

« Le métal obéit, change de forme et prend la saveur âcre, piquante. Il agit sur les poumons et sur le souffle.

« sous l’influence d’un mouvement, le métal cristallise et fend. »

Le Métal cristallise (réunit) en interne et fend (sépare) en externe.

 

Pour les postures... (en cours de rédaction) 

 

 

 

3ème leçon portant sur les figures classiques; celle de l'Ours

 

Puisque nous avons introduit l'article par l'Ours, sachons que chaque série de figures est imagée par un animal; c'est une façon mnémotechnique chinoise de s'en souvenir, en empruntant aux animaux en question ses principales caractéristiques, habitudes ou postures...

 

Comme déjà dit, l'ours - un symbole du Qi-Gong - est puissant, fort, serein, joyeux... Il tire sa puissance de sa sérénité et de son calme intérieur... 

 

Prenons donc la position favorite de l'Ours, (cf. l'image de départ), debout, en écartant les jambes (on appelle cela en grand cavalier). Toute la force, toute l'énergie se situe alors dans le bas. On plie légèrement les genoux pour bien s'enfoncer dans la terre comme si on s'asseyait sur un énorme ballon imaginaire. Le haut du corps est alors libre, le cœur léger, vide d'intention. Plus l'Ours est calme, plus il est puissant, et il nous faut donc chercher l'Ours en nous (appelons cela notre « Oursitude » !), le mouvement n'est pas important, seule la posture l'est, et elle va se décomposer en cinq mouvements à partir d'une posture identique de départ pour les cinq mouvements : Mains grandes ouvertes, doigts écartés, côte à côte, paumes vers l'avant, à hauteur du visage, détendu, cool, le bout des doigts ne se touchant pas.

 

1er Mouvement : l'Ours se présente, dans la posture initiale des mains devant le visage, il convient de tourner de droite à gauche en regardant le paysage à travers ses doigts comme si on voulait le faire pivoter, et le regard suit les mains comme si un cameraman voulait trouver le meilleur angle de vue. Et l'on fait cet aller-retour plusieurs fois.

Ce mouvement amène le Qi (l'énergie) vers le bas du corps.

 

2ème Mouvement : l'Ours contrôle son territoire. Toujours les deux mais devant le visage comme précédemment, la main gauche va tourner ver le bas comme si elle voulait repousser une tenture, puis remonter à sa position initiale, et le regard suit la main gauche. Puis c'est au tour de la main droite à exécuter le même mouvement, comme si l'Ours voulait écarter les feuillages devant lui.

Ce mouvement renforce la rate et l'estomac.

 

3ème Mouvement : l'Ours joue avec la lumière dans les branchages. Toujours les mains dans la position initiale devant le visage, laisser apparaître un léger balancement d'avant en arrière, droite gauche, main vers l'avant, et alternativement paumes vers la terre à droite puis à gauche.

Ce mouvement disperse le feu du foie.

 

4ème Mouvement : l'Ours recherche sa nourriture. Main droite, sous le nombril, paume vers le ciel, la main gauche vers le visage comme un miroir se tourne vers la gauche et fait un grand cercle comme si elle voulait ramasser quelque chose sur sa gauche  puis elle vient remplacer la main droite, paume tournée vers le ciel. La main droite part aussitôt ver le haut et fait un cercle paume tournée vers le devant comme pour ramasser quelque chose sur la droite avant de venir remplacer la main gauche sur le nombril, paume tournée vers le haut. Faire ce mouvement alternativement plusieurs fois.

Ce mouvement améliore le sommeil.

 

5ème Mouvement : l'Ours inspecte sa grotte. Les deux mains à hauteur du visage dans la position initiale, doigts écartés, paumes en avant; les deux mains vont aller alternativement à doite pour la main droite et à gauche pour la main gauche comme si elles voulaient caresser l'intérieur d'un œuf. L'ours caresse la bulle de la lumière.

Ce mouvement est efficace pour l'hypertension et la neurasthénie.

 

Entre chacun des cinq mouvements, il convient de rester dans la position initiale du départ : mains grandes ouvertes, doigts écartés, côte à côte, paumes vers l'avant, à hauteur du visage, le bout des doigts ne se touchant pas, le jambes toujours en grand cavalier (très écartées), le bas enraciné dans le sol, la tête droite reliée au ciel. 

 

 

 4ème leçon portant sur les figures classiques; les 3 nages du serpent. 

 

 Le serpent selon le cas utilise trois nages différentes, et nous allons l'imiter en nous tenant debout.

 

1er Mouvement : c'est une nage qui ressemble à la brasse. On est debout et en joignant les mains paume contre paume, à hauteur de la poitrine comme dans la position de la prière, on va les tendre devant soi, horizontalement, en relevant la tête et en tendant le menton vers l'avant, puis en retournant les mains dos à dos pour les ramener à la position de départ en décrivant de chaque coté du corps deux demi-cercles horizontaux vers l'extérieur en baissant la tête comme si l'on voulait regarder son nombril, et l'on revient à la position de la prière.  Il convient de faire ce mouvement au moins neuf fois.

 

2ème Mouvement :  Partant de la position initiale comme pour la prière, mais jointes, paume contre paume au niveau de la poitrine, on tend les bras verticalement au dessus de la tête les mains toujours jointes, pour les retourner dos à dos quand on a étiré ses bras au maximum au dessus de la tête et en les ramenant de haut en bas de chaque coté du corps et dans le plan du corps pour reprendre la position de la prière. Il convient de faire ce mouvement au moins neuf fois.

 

3ème Mouvement : On tend les bras horizontalement de chaque coté du corps pour former une croix, mains relevées verticalement, paumes vers l'extérieur, poignets cassés à angle droit, pour relever les bras verticalement dans le plan du corps, puis en repliant les poignets vers l'intérieur de façon à ce que le dos des deux mains se joignent en les abaissant verticalement jusqu'à hauteur de la poitrine, avant de retendre les bras horizontalement comme au début du mouvement. Il convient de faire ce mouvement au moins neuf fois. 

    

 

 

5ème leçon portant sur les figures classiques; les

 

 

 

 

 

6ème leçon ; le salut au Soleil et les grâces

 

En général, ce sont les deux derniers mouvements que l'on fait avant la fin d'une séance de « Qi Gong ».

 

Le salut au soleil se fait en tendant les bras verticalement, les mains au niveau des cuisses, en imageant une figure de pique en faisant se toucher les deux pouces opposés aux deux index. Puis on va lever les bras devant soi verticalement pour arriver les mains au dessus de la tête de façon à regarder le ciel à travers la figure de pique formée par vos index et vos pouces joints. On abaissera ensuite les deux bras de chaque coté du corps de haut en bas, puis on lancera une première fois le pied gauche en avant comme pour faire un pas et on lèvera de chaque coté du corps et dans le plan vertical ses deux bras verticalement pour les redescendre devant soi en croisant les avant-bras en X devant la poitrine les deux paumes venant toucher les épaules, puis on ramènera le pied gauche au niveau du pied droit en décrivant un cercle vers l'extérieur avec son pied gauche.

 

Le mouvement va être reproduit à l'identique au moins trois fois en alternant après le pied gauche en avant, le pied droit en avant.    

 

 

Enfin, avant de se séparer, les pratiquants se mettent en cercle en croisant les avant bras horizontalement à hauteur de la poitrine, une paume tournée vers le bas et l'autre tournée vers le ciel qui viendra toucher à peine celles de ses deux voisins à droite et à gauche dans la même position que soi. Et on salut tous les participants avant de se séparer.

 

 

  

 Article encore en cours de rédaction...

 

 

 

 

 

 

 


   



29/03/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 35 autres membres