ENNEMI PUBLIC A CAPTURER : ATTENTION C'EST UN DANGEREUX TUEUR

WANTED_frelon asiatique 6 - Tête de tueur.jpg

Le Frelon Asiatique

 

Attention !… Toute copie ou plagia de cet article est autorisée, sinon vivement recommandée et encouragée par la communauté des apiculteurs et en particulier par «  Le blog de JP33 » qui a fort bien présenté le sujet ! 

 

Pour renforcer la détermination et inciter un maximum d'amoureux de la nature à sauver nos abeilles, il est du devoir de tout apiculteur de faire savoir le danger qui les guette en plus de la kyrielle des autres risques dont Marcus IMHOFF s'est fait le chantre (cliquer ici pour vous remémorer mon article sur les abeilles), je vous incite à lire et faire savoir ce qui suit autour de vous sans restriction aucune, il en va de l'avenir de notre planète en plus des autres actions à mener pour combattre le réchauffement climatique dû aux pollutions !

 

L'ennemi public N° 1 des apiculteurs après les pollueurs qui balancent des tonnes de pesticides dans leurs champs, le N° 2, c'est le frelon asiatique.

 

Ce tueur dangereux au nom savant de « vespa velutina nigrithorax » est arrivé en 2003 en France, de manière accidentelle, en étant transporté tout simplement dans des poteries venant de Chine. Cette espèce invasive originaire du Nord de l'Inde, de la Chine et d'Indonésie, a été découverte pour la première fois en Europe dans le Lot-et-Garonne, où elle a trouvé un climat propice à son développement, notamment autour de Bordeaux où avaient été déchargées les poteries chinoises qui l'ont importé et sur la côte basque où il s'est très vite reproduit.

 

Sa caractéristique est de s'attaquer aux ouvrières des ruches, notamment des espèces « Apis mellifera », notre petite abeille européenne, ou « Apis cerana », l'abeille asiatique commune.

 

Selon les observations, ce frelon se positionne en vol stationnaire à l'entrée des ruches (il est pratiquement le seul hyménoptère à pouvoir le faire…), prêt à fondre sur les abeilles chargées de pollen, pour les tuer en leur coupant la tête avec ses mandibules puissantes et entrainées.

 

la_machoire_du_Frelon.jpg

Voici ses mandibules grossies 20 fois !

 

Il la saisit entre ses pattes et la tue en lui tranchant la tête d’un coup de mandibules derrière la tête avant de l’emporter dans un arbre pour la dépecer. Après lui avoir arraché les pattes et les ailes, puis, toute chaude, il en fait une boulette qu’il emporte jusqu’à son nid pour en nourrir les larves. Il arrive à tuer et à emporter une abeille en quelques minutes et ne cesse pas de faire la navette entre la ruche et son nid toute la journée. La présence d'une dizaine de frelons asiatiques qui se relaient autour d'une ruche suffisent à la condamner...

 

« Il n'aime pas les étés trop secs, ni les gelées tardives de l'hiver », confirme Quentin Rome, un des entomologistes du Muséum National d'Histoire Naturelle de Paris (MNHN).


Depuis, son front d'invasion progresse de 100 km par an. Aujourd'hui, plus de la moitié de l'Hexagone est envahie par cet hyménoptère, comme on le voit sur cette carte mise à jour en ce début de printemps grâce aux fiches de signalement de nids que l'on peut remplir pour aider le Muséum.

 

Le frelon asiatique est désormais présent à l'ouest d'une ligne Seine-Maritime / Alpes-de-Haute-Provence, en passant par l'ouest de la région parisienne. C'est toutefois sur la côte atlantique et dans le Sud-Ouest que ses concentrations sont les plus importantes.

 

Et son expansion n'est pas près de s'arrêter si on ne se donne pas tous la main pour le combattre.


« C'est que si l'on ne fait rien, cela va continuer et à terme, le frelon asiatique sera partout, de façon plus ou moins dense. Ce sont des insectes qui ont une capacité de reproduction très importante. Si le climat est favorable, il y en a plein. »

  

Aucune région ne sera épargnée par cet envahisseur qui sème la terreur, même plus au nord. Cela va en s'empirant d'année en année jusqu'en Belgique et Hollande où ils sont arrivés par les mêmes moyens que dans le sud.

 

frelon asiatique 4.jpg

   

En étudiant le cycle de vie de ce frelon, on s'aperçoit que nous pouvons agir très utilement et individuellement contre ce fléau.

 

En effet, les nids construits dans l'année se vident de leurs habitants en hiver car l'ensemble des ouvrières et des mâles ne passent pas l'hiver et meurent.


Seules les reines et jeunes reines se camouflent dans les arbres creux, sous des tas de feuilles, dans des trous de murs, etc... pour en ressortir courant février et commencer à s'alimenter. C'est à ce moment que nous pouvons agir en disposant des pièges dans nos jardins ou sur nos balcons en ville pour attraper ces futures fondatrices de nids.

 

Ayez en tête qu'une reine ce sont 2 000 à 3 000 individus qui vont éclore dans les semaines qui viennent ! Alors il faut s'organiser et construire des pièges pour les empêcher de se propager... Non, ce n'est pas utopique, plus il y en a, plus on a de chances d'arriver à stopper l'invasion.

 

Il faut savoir que le frelon asiatique est un animal remarquable qui s'adapte. On a tous pu remarquer l’été dernier des frelons venant picorer dans nos assiettes à défaut de guêpes voire d'abeilles qui ont bien mieux à faire en butinant les fleurs environnantes !

 

Le « piégeage » est l'unique moyen actuel pour combattre ce tueur. Personnellement, je pose des pièges encore plus sélectifs. Je capture une reine et la garde vivante à l'aide d'un double fond de bouteille en plastique de façon à ce que, par ses émissions de phéromone, elle attire les autres.

 

L'autre détail important est la période de piégeage : du 15 février au 1er mai !

 

Après le 1er mai, si vous apercevez encore des frelons asiatiques roder, les frelons asiatiques que vous attraperez seront sûrement des ouvrières, alors mieux vaut chercher le nid, car les femelles fondatrices restent au nid pour pondre, c'est leur seule occupation, alors que ce sont les ouvrières, nouvelle génération qui font le reste, et c'est donc qu'un nid s'est constitué dans votre quartier. Si vous en apercevez un, n'hésitez pas à m'appeler ou un quelconque apiculteur pour qu'il le détruise immédiatement.

 

Si vous avez mis en place des pièges tels que décrits plus bas, il est bon de laisser le piège en place, mais il est très important de remettre le bouchon de la bouteille après avoir percé le bouchon de 3 trous de 8 mm de façon à limiter l'entrée du piège.

 

nid de frelons.jpg  Vespa_velutina_nid.jpg
Nids de frelons asiatiques dans la nature.

 

Le nid de frelons est formé de cellulose que les insectes ont prélevée sur les arbres en la mouillant, et est, de fait, trés fragile. A l'intérieur des habitations, le nid de frelons est plus soyeux et blancs parce qu'il n'a pas été pollué par la pluie (cf. photo ci-dessous). N'essayez surtout pas de vous en débarrasser seul, mais appelez un apiculteur ou les pompiers !

 

Pour les nids qui se sont formés dans une habitation, ils ont plusieurs méthodes pour vous en débarasser. Si le nid est facile d'accès, la plus simple est tout simplement l'aspirateur... On ghette la sortie des frelons à la sortie du nid (elle est unique en général - et peut contenir entre 50 et 200 frelons) et quand on pense avoir presque tout aspiré, on détache le nid de son support avec un couteau pour le récupérer dans un sachet nylon qu'on ferme hermétiquement... On en fait autant avec le sachet de l'aspirateur, et il n'y a plus qu'à opérer un génocide sans état d'âme ! Mais, ATTENTION, surtout, ne faites pas cela vous-même. Il faut être équipé d'une combinaison d'apiculteur avec casque et gants...

 

nid_de_frelons_interieur.jpg  NidAbri-150x150.jpg
 

 

Tout d'abord identifions le fléau... mais pas de panique, si vous détruisez des frelons européens (ça ressemble à de très grosses guêpes) ce n'est pas grave, ils ne sont pas envahisseurs car ils ne tuent pas systématiquement les abeilles pour les bouloter mais seulement dangereux par leur piqure (en Provence on les appelle des cabrians, nom qui provient de leur appellation scientifique de  « vespa crabro »).

 

Par contre, la piqure de frelon asiatique est très dangereuse ! La molécule de son venin est proche de celle de reptiles comme la vipère ou l'aspic commun. En cas de piqure il convient d'appeler rapidement un médecin, le SAMU ou se rendre aux urgences car si l'allergie se déclare, il y a risque d'allergie pour un sujet fragile sujet aux allergies ! En cas d'impossibilité d'appeler un médecin ou d'aller aux urgences, sachez qu'il faut chauffer au maximum l'impact de la piqure avec n'importe quoi, à la limite de la douleur ou de la brûlure. La chaleur diminue l'effet du venin.  

 

Voici deux montages qui vous permettront de l'identifier à coup sûr (son abdomen jaune comme celui d'une guêpe n'a pas des pattes noires et des points noirs comme le frelon européen, mais des anneaux marron, son thorax est carrément noir, et ses pattes sont jaunes):

 

Vespa-Velutina_2.jpg

 

frelon asiatique 1.jpg

 A gauche, l'européen ou « vespa crabro » , à droite l'asiatique ou « vespa velutina », sont épinglés sur une feuille...

 

Alors voilà comment s'y prendre :

 

Poser des pièges et nous allons vous expliquer comment les fabriquer vous-mêmes avec une simple bouteille d'eau minérale en plastique, mais pour ceux qui ne seraient pas trés bricoleurs, on peut commander des pièges à frelons « tout fait » pour pas cher en : cliquant ici. Equipez-en vos terrasses car en plus, ce n'est pas très agréable de devoir les partager avec des frelons qui viennent picorer dans vos assiettes et vous tourner autour.

 

Pour nos amis apiculteurs et paysans, sachez que les poules sont très friandes des frelons qui leur apportent une bonne dose de protéines, et du fait de son vol stationnaire autour des ruches, elles arrivent à les attraper facilement alors qu'elles ne sont pas capables de bouloter des abeilles en plein vol et ne s'aventureraient pas devant la tablette d'envol d'une ruche. Alors n'hésitez pas à placer un poulailler à proximité de votre rucher.

 

Visionnez la vidéo qui suit, et vous comprendrez... 

 

 

 

 

C'est un rêve de printemps ! Pour qui a compris qu'il vaut mieux prévenir que guérir !

 

En effet, attraper toutes les femelles fondatrices de tout le voisinage évite qu'elles ne fassent des nids, évite l'hécatombe d'abeilles et de pollinisateurs pour nourrir les larves (jusqu'à 40000 alvéoles dans un gros nid), évite que le verger et le potager n'en subisse les conséquences, mais aussi la Nature (faune et flore) dont on parle tant depuis quelques années, ça paraît évident !

 

Mais le piégeage des femelles fondatrices est tout de même contesté par certains !

 

Ce serait même contreproductif, d'après eux ! ?

 

Dur à comprendre, dur à croire, pour ma part ! D'ailleurs, je contesterai tant que les arguments ne seront pas crédibles !

 

Autre polémique : les pièges font plus de mal que de bien, disent certains ! Mais que dire des bombes insecticides, des pare brises des véhicules, des pesticides agricoles ou de la pollution généralisée autorisée par les Pouvoirs publics.

 

Au point que les hirondelles ou autres oiseaux n'ont plus rien à becqueter. Même le frelon « cabrian » ou « crabro » (notre bon vieux frelon bien de chez nous) n'a plus rien à ramener au nid car le frelon asiatique (beaucoup plus vorace et mille fois plus nombreux maintenant en Gironde) bouffe tout sur son passage !

 

Alors est venu le temps de trancher !

 

Dans les Landes, il a été mis au point une innovation technique sous la forme d'un drone pour injecter un produit insecticide trés puissant qui permet de détruire des nuits trés difficiles à atteindre. Mais voici une vidéo qui est plus explicative :

 


 

 

Et pour ma part, ci-dessous, je mets à votre disposition des plans et photos pour fabriquer votre piège très, très, très sélectif !

 

Vous avez dit sélectif ? Non, j'ai dit très, très, très sélectif  ! ! !

Une petite visite sur le site de l’AAAFA (Association Action Anti Frelon Asiatique) vous en dira plus sur les critères de sélectivité : cliquer ici .

 

N'en faire qu'un seul, n'est pas rentable, car plus on en fabrique, plus on peut en distribuer au voisinage, et là c'est le jackpot ! En effet, piéger tout seul dans son coin, n'évite pas des nids ailleurs. Il faut donc tenter de piéger toutes les femelles fondatrices du coin !

 

Au sortir de l'hiver, les femelles frelons ne vont pas chercher loin, elles se ravigotent d'abord, et les fleurs les plus proches sont les meilleures ! Alors, si vous avez des camélias à fleur simple, ils seront en fleur dès février, et les frelons du quartier leurs rendront visite !

 

Ne loupez pas le coche ! Installez-y, coté soleil, un (ou plus) piège très, très-très sélectif ! Vous m'en direz des nouvelles ! Et si votre voisinage au plus large en fait autant, je suis prêt à parier que vous ne verrez pas de frelon l'été prochain !

 

piège_1.JPG

 PS : Pour agrandir un dessin ou une photo, cliquer dessus !

 

piège_2.JPG  piège_3.JPG

 

piège_4.JPG  piège_5.JPG

 

piège_6.JPG  piège_8.JPG

 

piège_7.JPG

 

Astuces :

 

- percer les trous de l'anse, avec un fer à souder à panne conique chauffé à 180 °C ou tout simplement avec un clou chauffé à la flamme, du gaz de la cuisinière ou autre flamme.

 

- pour la fenêtre, utiliser  une  section  de  profilé  en U de 25 mm, chauffée à la flamme ou montée sur panne de fer à souder toujours à 180°C.

 

- la plage d'envol peut être confectionnée avec du profilé plat de PVC (cas de la photo), ou du bois (balsa, planche fine de cageot, abaisse langue, etc.) ou toute autre matière rigide, claire non conductrice de la chaleur, résistante aux ultra violets et facile à découper.

 

- la mousse à bulle ouverte peut être remplacée par une matière spongieuse afin de diffuser les arômes de l'appât, et flottante afin de servir de radeau et éviter la noyade des insectes entrés dans le piège. Dans l'objectif qu'ils puissent rester indemnes et ressortir par la plage d'envol, ou bien que vous puissiez ouvrir le piège et les relâcher. Sachant que le frelon piégé sera d'autant plus attirant pour les autres frelons, qu'il restera vivant dans le piège. Mais si vous avez peur qu'il ne s'en aille : un petit séjour au micro onde en viendra à bout en quelques secondes.

 

- si vous posez votre piège à terre, remplacez la mousse par du gravier fin, il aura l'avantage d'être plus stable. Cependant il ne faudra pas que l'appât liquide n'arrive au niveau supérieur du gravier, afin d'éviter que les insectes ne se mouillent les ailes.   

 

Contact : pour atteindre le site de l'Association Action Anti Frelon Asiatique cliquer ici

ou l'AAFA33 – 7, rue de Bos – 33185 – LE HAILLAN - Tel. : 06 79 24 02 68 - courriel : aaafa33@gmail.com

 

 

 


 



02/03/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 35 autres membres